Baisse importante du niveau d’eau

Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

D’après des informations colligées par l’Agence du bassin versant de la rivière du Nord (Abrinord), les cours d’eau du bassin versant de la rivière du Nord sont très bas en cette période de beau temps.

En effet, les deux stations permanentes du bassin versant de la rivière du Nord affichent des niveaux qui approchent les minimums historiques. La station de Saint-Jérôme affiche actuellement un débit moyen de 2,27 m3/s, alors que le minimum historique est de 2,19 m3/s. La station de Sainte-Agathe-des-Monts affichait hier un débit moyen de 0,64 m3/s, ce qui constitue un nouveau record. L’ancien minimum historique était de 0,69m3/s.

La répétition de ces records de baisse du niveau de l’eau aura un impact sur la flore des berges et du littoral, mais aussi sur les milieux humides qui alimentent la rivière. Les grandes coupes forestières et l’urbanisation augmentent aux aussi ces écarts en réduisant le nombre de milieux humides ou leur capacité à agir comme une éponge qui régulariserait ces écarts de la rivière.

Les prévisions météorologiques à court et moyen terme ne prévoient aucune précipitation importante pour le sud du bassin versant, laissant ainsi craindre une stagnation ou une diminution des débits. Le nord du bassin attend, quant à lui, des précipitations plus importantes, mais la prudence reste de mise. L’Abrinord appelle donc les acteurs de l’eau du bassin versant à l’économie d’eau afin de préserver un seuil minimum permettant la conservation des écosystèmes aquatiques et des usages de l’eau.

Rappelons que cette baisse importante des niveaux d’eau, favorise la concentration des polluants et que d’autre part, des pluies importantes amènent les municipalités riveraines à rejeter dans la rivière les surplus de leurs bassins de traitement des eaux usées. Cela devrait inciter les baigneurs et les usagers de ces plans d’eau à une certaine prudence, car le niveau de pollution peut très bien dépasser mille coliformes fécaux par cent millilitres d’eau, norme au-delà de laquelle il n’est pas recommandé de se baigner. Notons que les six analyses par année, que prend le Ministère de l’environnement au pont Gagliesi à Piedmont, sont peut-être insuffisantes pour avoir une idée juste de la qualité de l’eau de la rivière du Nord.

Imprimer