Des médicaments dans votre verre d’eau

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Christian Bordeleau, juillet 2006 – Environnement Canada a révélé récemment que des molécules médicamenteuses se retrouvaient dans l’eau du fleuve St-Laurent. La plupart des grandes villes qui bordent d’importants cours d’eau s’y approvisionnent en eau potable, ce qui vous permet de savourer un peu de prozac et de viagra dans votre verre d’eau matinal.

En effet, il a été établi par le gouvernement fédéral que l’urine humaine contient jusqu’a 50% des molécules médicamenteuses ingérées. Cette urine «médicamentée» se retrouve dans l’eau des affluents après avoir traversé sans restriction aucune les dispositifs de filtration actuels. La rivière du Nord -comme tous les cours d’eau qui reçoivent les déjections humaines- serait donc contaminée par la présence de molécules médicamenteuses potentiellement dangereuses lorsqu’en interaction les unes avec les autres.

Même si le ministère de l’environnement fédéral déclare qu’il n’y a aucun risque, on observe déjà un effet sur la vie marine; des mollusques et des poissons sont touchés par une altération de leur composition hormonale ce qui pourrait être dû à la progestérone et à l’estrogène contenus dans les pilules contraceptives, ce qui entraîne une féminisation des espèces touchées. On peut imaginer les conséquences de cet effet féminisant sur la race humaine elle-même. Les avis de non toxicité émis par Ottawa sont tout autant inconscients que les avis donnés à la population en regard des risques cancérigènes de la cigarette, il y a de cela à peine 30 ans. En effet, selon Radio-Canada, les scientifiques du même ministère en sont plutôt à déterminer si ces médicaments peuvent affecter les micro-algues et remonter de là jusqu’au sommet de la chaîne alimentaire.

Un problème préoccupant lorsque l’on constate une augmentation de la consommation médicamenteuse qui a pour corolaire le vieillissement de la population. De plus, la synergie trilatérale entre deux molécules en fusion et des organismes pathogènes comme les streptocoques pourrait entraîner la formation de super-virus. Un dossier à suivre avec attention!

Imprimer