Entente Sainte-Adèle et Abrinord
L’usine d’épuration Rolland aura sa cure de jeunesse

Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

Cette entente, une première pour le bassin versant de la rivière du Nord et la plus importante à l’échelle du Québec, prévoit que la Ville de Sainte-Adèle s’engage à investir une somme de 4,7 millions de dollars en travaux de réfection majeurs du réseau d’égouts. Ces travaux de mise aux normes toucheront principalement l’usine d’épuration Mont-Rolland et les ouvrages de surverse.

Le maire Cardinal de Sainte-Adèle était visiblement heureux d’annoncer cette bonne nouvelle pour la santé de la rivière du Nord. C’est entouré du président d’Abrinord, André Goulet, du Préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, Charles Garnier, du président du CRE Laurentides, Jacques Ruelland et de plusieurs dignitaires que s’est tenue la conférence de presse.

Des travaux de 4,7 millions de dollars

Ces travaux, qui s’élèveront à 4,7 millions de dollars, permettront l’installation d’un traitement tertiaire de désinfection au rayon UV ainsi que l’ajout de nouveaux systèmes technologiques à l’usine d’épuration Mont-Rolland. À cela s’ajoutera la rectification des ouvrages de surverse, notamment en améliorant l’efficacité des stations de pompage et la mise en place d’un bassin de rétention. Ces travaux permettront de réduire de 90% les concentrations de coliformes fécaux à la sortie de l’usine pour les faire passer de 50000UFC/100mlà5000UFC/ 100ml et de réduire de près de 50%, les rejets dans la rivière du Nord. Les rejets sont des eaux usées, qui sont versées directement dans la rivière à cause de situations particulières, tels des débordements reliés à la pluie, la fonte ou des bris, des travaux à réaliser, ou des urgences.

À l’époque de la construction de l’usine (1985), il était courant d’acheminer dans les mêmes conduites, les eaux de pluie et les eaux usées; on comprendra l’incidence de telles pratiques sur le réseau en période de pluies intenses. Les travaux à venir verront justement à détourner les eaux de pluie vers des bassins de rétention. Ils permettront de répondre à la fois aux nouvelles normes établies par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) et le ministère des Affaires municipales et des Régions (MAMR), ainsi qu’aux objectifs prioritaires inscrits au Plan directeur de l’eau de la rivière du Nord d’Abrinord.

La question du financement

Le conseil municipal a demandé l’aide financière du ministère des Affaires municipales et des Régions (MAMR) à même le Fonds sur l’infrastructure municipale rurale (FIMR) et celle du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) pour soutenir le financement de ces travaux et, indépendamment de leur réponse, la Ville ira de l’avant : le processus de règlement d’emprunt a été entamé, l’élaboration des plans et devis sera terminée d’ici l’automne 2007 pour une exécution des travaux au printemps 2008.

Partenariat

En s’associant avec Abrinord, la Ville a voulu s’adjoindre un partenaire en mesure d’évaluer les résultats du suivi du projet, tout en officialisant, du même souffle, son engagement à poser des gestes concrets afin d’assainir et de préserver la qualité et la quantité d’eau de la rivière du Nord ainsi que les habitats aquatiques et riverains.

Appel aux citoyens

Le maire Cardinal rappelle aux citoyens de Sainte-Adèle qu’ils sont invités à participer à l’atteinte de ses objectifs en réduisant leur consommation d’eau et en jetant leurs déchets (préservatifs, serviettes hygiéniques, etc.) dans les poubelles, car ces déchets en plus de polluer l’eau, bloquent le réseau. Il affirme de plus que l’administration municipale continuera de faire de ce dossier une priorité pour les deux prochaines années.

Pour Abrinord

Mais, comme le souligne André Goulet, président d’Abrinord, pour garantir une eau de qualité permettant toutes les activités nautiques, dont la baignade, d’autres efforts devront être consentis. Par exemple, de nombreuses autres sources de coliformes fécaux existent dans le bassin versant. Entre autres, notons l’apport des fosses septiques et les champs d’épuration non conformes ou défectueux. « L’action concertée à l’échelle des grandes rivières des Laurentides est la seule façon d’intégrer toutes les dimensions de la ressource eau et d’en assurer la qualité et la disponibilité à long terme ».

Ville de Prévost et Abrinord : Entente prochaine de bassin versant

La Ville de Prévost signera d’ici quelques semaines, une entente de bassin versant avec l’organisme Abrinord. 

La réalisation du projet d’inspection des installations septiques individuelles riveraines visera à atteindre les objectifs préliminaires, mais prioritaires, inscrits au Plan directeur de l’eau du bassin versant de la rivière du Nord.

• Développer des outils de communication pour informer et sensibiliser les acteurs de l’eau à propos de l’importance du traitement individuel des eaux usées et des méthodes existantes;

• Créer et mettre en place un programme de suivi systématique et périodique de l’efficacité et de l’entretien des installations septiques des résidences isolées;

• Inventorier et caractériser les installations septiques individuelles situées en bordure des plans d’eau;

• Effectuer la mise aux normes des installations riveraines déficientes répertoriées;

• Caloriser les bonnes actions des acteurs de l’eau.

Imprimer