Billet d’une militante du transport collectif
Nous sommes tous des «râteaux»

Ce n’est pas les informations ni les outils qui manquent pour mettre sur pied un transport collectif qui répond aux besoins des citoyens. Peut-être un minimum de bonne volonté par contre.

Notre transport adapté et collectif de la rivière du nord (TAC MRC RDN) qui assure la gestion du transport adapté et collectif régional pour les villes de Prévost, Saint-Colomban, Saint-Hippolyte et Sainte-Sophie est dirigé par un conseil d’administration composé de sept membres votants. Il s’agit des maires des quatre municipalités ou d’un conseiller de chaque municipalité, du directeur général de la MRC Rivière du Nord ainsi qu’un membre élu, représentant les usagers du transport collectif et enfin d’une directrice générale qui est membre du conseil sans droit de vote.

Ce comité siège tous les derniers mardis du mois à 9 h à l’hôtel de ville de Prévost. Les procès-verbaux de ces réunions sont maintenant en ligne sur le site internet de l’organisme TAC MRC RDN tout en bas de page.

Ces réunions sont tenues dans le but d’entériner des paiements de facture mais surtout devraient être l’occasion de discussions pour faire avancer les développements du transport collectif dans les quatre municipalités puisque c’est l’obligation que s’est donnée l’organisme dans son plan de développement présenté au ministère des Transports, plan d’ailleurs qui lui a valu d’obtenir la subvention de 200 000 $ pour l’année 2015.

L’engagement se libellait comme ceci :

  • Harmoniser les heures du transport collectif avec les partenaires (train de banlieue, etc.)
  • Promouvoir le transport collectif comme effet durable (publicité dans les journaux locaux)
  • Tarification adaptée au prix du marché.
  • Un réseautage amélioré avec les autres partenaires du transport collectif. »

Nous sommes en septembre, il ne reste que quatre mois pour réaliser les engagements. Selon le procès-verbal du 26 mai dernier cependant, un timide incipit d’une amorce d’un début de commencement de réalisation se concrétiserait puisqu’il a été résolu par les membres du CA de donner mandat à un chargé de projet de collaborer à la mise en place du plan de développement du transport collectif selon les modalités du conseil d’administration, c’est-à-dire un taux horaire défini et une dépense maximale de 10 000 $. Cette entente est dans le cadre de la promotion et de la publicité, qui couvre le volet 2 du plan uniquement.

Tout a déjà été analysé et recommandé, c’est inscrit dans des études qui ont été coûteuses pour la MRC.

2012 juillet – le rapport CIMA relate toute l’étude du transport adapté et collectif de la MRC Rivière du Nord – Caractéristiques du territoire : − offre en transport collectif − demande en transport collectif − adéquation de l’offre et de la demande − énoncé des orienta- tions et − solutions

2013 octobre – le rapport VEC- TEUR 5 élabore le plan de mise en œuvre d’une démarche visant l’amélioration de la mobilité des aînés dans la région des Laurentides : − portrait des services − modèles de service − propositions et − estimation des coûts.

Le ministère des Transports met également en ligne un site qui vise à aider les organismes dans l’application de leur plan de développement qui s’intitule: «Guide du plan de développement du transport collectif », avec les modalités d’application et les formulaires requis; tout y est.

Au surplus, des organismes tels que l’Association des transports collectifs ruraux du Québec (ATCRQ) et l’Union des transports adaptés et collectifs du Québec (UTACQ) ont comme mission de représenter et d’accompagner leurs membres dans le développement des politiques et règlements régissant le transport collectif de personnes.

Ces deux organismes ont tenu leur colloque respectif en avril et mai dernier et ont conclu : « Soyons imaginatifs, revoyons nos façons de faire et faisons le maximum pour notre clientèle». Ils ont dit bien d’autres choses, mais toujours dans l’objectif de rendre davantage accessible le transport collectif des citoyens.

Le TAC MRC RDN est membre de ces organismes provinciaux au coût annuel de 200 $ avec le premier et 300 $ avec le second. La directrice générale est mandatée pour assister à ces colloques.

Le Journal des Pays-d’en-Haut nous informait que l’organisme de transport collectif des Laurentides le TACL lançait une nouvelle desserte d’autobus reliant Saint-Sauveur/Mont-Tremblant, ajoutant trois départs le matin avec trois retours en soirée. À l’intérieur de ces circuits, les municipalités de Morin-Heights, Wentworth-Nord, Saint-Adolphe- d’Howard, Lac-des-Seize-Îles, Arundel, Huberdeau sont desservies.

Et pendant ce temps, à Prévost, Saint-Colomban, Saint-Hippolyte, Sainte-Sophie, on est tous des « RÂTEAUX » personnage créé et brillamment joué par Jean-Michel Anctil, « J’attends l’autobus… j’attends l’autobus… j’attends l’autobus…»

Imprimer