Portrait de Jasmine
Jean Paquette, dit Jean la patate

Une patate frite à la main, un peu clown et toujours souriant, c'est comme ça que Jean Paquette aime accueillir ses clients. (Photo : Michel Fortier)
Jasmine Valiquette
Jasmine Valiquette

Les derniers articles par Jasmine Valiquette (tout voir)

Depuis que son fils Daniel est devenu son associé au restaurant Bleu, Jean Paquette est-il vraiment à la retraite ?

En sirotant un soda sur la grande terrasse de son restaurant, Jean Paquette me confiait que cela fait 35 ans qu’il est propriétaire de son restaurant Mini-Golf que les gens du village appellent aussi « La patate à Ti-Jean » ou encore « Chez Paquette ».

Bien avant lui, il y avait eu son père, son grand-père et son arrière-grand-père qui étaient propriétaires de plusieurs lots de terre à Prévost, tous témoins de l’évolution de son village natal.

Lui, c’est en 1969 qu’il a acquis le petit restaurant. Il le louait à des particuliers à chaque saison durant douze années. Par la suite, lui et sa femme Pierrette ont eux-mêmes pris en charge la petite « cabane à patates». Il savait déjà ce que représentaient les longues journées de travail, le service à la clientèle, la discipline et l’action vu qu’il travaillait chez Bourassa, fruits et légumes. De patate en patate, le restaurant s’est agrandi et le coin de la rue de la Station est devenu «la grosse cabane bleue chez Paquette » avec de grandes terrasses, une crèmerie et un mini-golf.

Depuis quelques mois, son fils s’est associé à lui dans l’entreprise. Jean dit qu’il travaille moins (en me faisant un clin d’œil)… « Je suis toujours rendu ici!», dit-il. C’est qu’il a à cœur ce travail qu’il aime…il l’a dans la peau, c’est un passionné, un gars d’action qui aime travailler et qui aime ses clients… Durant cette longue fin de semaine de la Fête du travail, il a passé une partie de la journée à éplucher des patates dans la cave, son fils était en congé pour le week-end… À voir son sourire et son enthousiasme, il était heureux. Toute une équipe derrière lui, ils sont plus de 16 employés durant la « grosse » période estivale, dit-il !

Pendant que nous parlions ensemble… le laitier arrive avec sa cargaison de produits … Ti-Jean le salue «Hey, ça va… tout est OK? »… le laitier lui sourit en lui faisant signe que toute la commande est là « pas de problème », lui lance-t-il. Jean se dit en confiance avec ses fournisseurs et complices depuis toutes ces années, « ses » livreurs sont devenus ses amis. Jean reconnaît avoir un éventail de connaissances et des liens d’amitié tissés serrés… de l’ouvrier à l’homme politique, il les respecte tous.

Dans sa jeune vie d’adulte et encore aujourd’hui, il a pratiqué tous les sports… il les aime tous… du hockey jusqu’à la plongée sous- marine… nommez-les tous. Il a été membre fondateur du Club Optimiste de Prévost en 1980, organisme qui lui tient toujours à cœur.

Il a été d’un bon appui pour plusieurs autres organismes et aussi, pour des gens du village. Ti-Jean la patate est un homme généreux, communicateur et bon. Il a marqué son village par toutes sortes de donations ou d’implications ici et là qui ont sûrement fait et qui font encore une différence dans le milieu. On le reconnaît pour sa générosité de cœur… il dira que c’est sa femme, Pierrette, qui est charitable, humaine et généreuse…

Jean Paquette est un éternel travaillant, partageant son temps entre sa famille, sa femme, ses trois enfants : Daniel, Annie, Johanne, ses sept petits-enfants, ses amis, ses loisirs, la chasse et les voyages. Finalement, il ne sera jamais vraiment à la retraite… au grand plaisir de tous ses clients et amis !

Au niveau de la communauté, son souhait serait de voir réanimer son village qu’il voit s’éteindre, dit-il, mais il garde espoir en la jeunesse pour une énergie générative dans son milieu, il y croit vraiment.

Bien qu’il quitte la région avec sa femme à chaque automne pour les pays chauds… en dedans de lui, il reste un « gars » de Prévost et fier de l’être … et, telles les bernaches du Canada, il est attendu à chaque printemps…

 

Imprimer