Si votre chien fréquente les Royal Parks

Carole Bouchard
Carole Bouchard

Les derniers articles par Carole Bouchard (tout voir)

On peut lire sur l’affiche à l’entrée du parc : Si votre chien fréquente les Royal Parks, veuillez considérer ceci : –Gardez le contrôle de votre animal et ramassez ses besoins. Vous contrevenez à la loi si vous omettez de le faire. –Ne quittez jamais votre animal des yeux. – Gardez toujours la laisse à portée de main. – Respectez les zones « chiens en laisse » et « chiens libres ». –Respectez les autres usagers et la faune. Nous espérons que vous et votre animal appréciez les Royal Parks. Votre collaboration aide à la protection de la faune et garantit un environnement sécuritaire et plaisant pour tous les usagers du parc. 

C’est à Londres qu’on retrouve cette règlementation et dans un autre pays européen, au Luxembourg, c’est ainsi qu’on s’adresse aux propriétaires de chiens : …dans tout autre endroit, les détenteurs de chiens sont obligés de garder leur chien sous contrôle et de le reprendre en laisse en cas de besoin. Quel contraste avec le Québec !

Depuis quatre ans maintenant, l’organisme Wouf Laurentides organise un événement où plus de 500 chiens se retrouvent ensemble au cours de la même journée. Autant pour les organisateurs que pour les participants, l’expérience s’est toujours avérée positive. Depuis trois ans maintenant, la Marche les pattes de l’espoir invite la population à venir marcher avec leur chien dans le grand parc régional Bois de Belle-Rivière, encore là, plus de 300 chiens se côtoient avec succès. Des expériences comme celle-là doivent faire partie d’une expertise collective. Nous connaissons déjà le bien-fait et impact du chien sur le bien-être physique, psychologique et social de l’humain. Le chien n’est pas nouveau dans la vie de l’humain. S’il a été chien de garde ou chien de travail , aujourd’hui, il est le plus souvent animal de compagnie. Un foyer sur deux en possède un. Il faudra répondre aux besoins des citoyens qu’ils soient propriétaires ou non d’animaux de compagnie, parce que le phénomène des animaux de compagnie n’est pas pour décroître (il va bien falloir y réfléchir), pour permettre une cohabitation harmonieuse avec les autres usagers et accroître la responsabilité des maîtres.

Ne rien tenter et continuer à interdire n’est pas une solution

Les difficultés qui sont amenées sur l’intégration du chien dans différents endroits, maison, environnement extérieur immédiat, voisinage peuvent être résolus par un travail de sensibilisation et d’éducation. Les techniques d’interdiction ne suffisent par pour gérer correctement la présence animale dans notre communauté. Un maître de chien doit garder son chien dans une forme mentale et physique tout au long de sa vie et répondre adéquatement à ses besoins de chien en laisse ou en libre. Un bon maître accompagné d’un bon chien saura démontrer sa capacité de citoyen responsable sans la nécessité de créer de nombreuses conditions.

En ne cherchant pas de solutions pour lui, n’est-ce pas l’homme qui nuit au chien ?
Carole Bouchard pour
Wouf Laurentides, Prévost

Imprimer