Accès à Internet haute vitesse
Le chef du Renouveau prévostois dépose un mémoire au CRTC

Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Paul Germain, chef du parti Renouveau prévostois, poursuit ses démarches pour doter l’ensemble des citoyens de Prévost d’un accès internet haute vitesse. Il a envoyé un mémoire au CRTC à ce sujet et espère être invité aux audiences publiques du 11 avril à Gatineau.

Lors d’un point de presse en septembre dernier, Paul Germain avait déjà dénoncé le fait que 18 % du territoire de la municipalité de Prévost n’avait pas encore accès à Internet haute vitesse (HIV). En collaboration avec Pierre Daigneault, il a rédigé un mémoire à l’intention du CRTC. Cet organisme a convoqué des audiences publiques le 11 avril prochain à Gatineau pour mieux comprendre les besoins des internautes dans les régions mal desservies.

Mémoire déposé

Dans son mémoire intitulé Plaidoyer pour donner des outils aux communautés locales, M. Germain explique que 2 500 Prévostois n’ont pas de service IHV fiable et abordable. Dans les secteurs des lacs Renaud, René et Écho, les résidents doivent soit faire affaire avec Eastlink, un câblodistributeur des Maritimes, dont le territoire est protégé par le CRTC et qui n’offre pas l’IHV, soit traiter avec de petits fournisseurs wifi comme NornetHV ou AmeriSys qui installent des tours chez des propriétaires privés et dont la vitesse d’accès à Internet (jusqu’à 5 Mbs) et les prix élevés d’abonnement ne constituent pas une offre de service avantageuse pour les citoyens.

Toujours selon M. Germain, cette situation a plusieurs impacts négatifs, dont l’impact en éducation. En effet, beaucoup d’élèves ont maintenant accès à leur matériel scolaire via Internet. Ceux qui n’ont pas accès à IHV à un prix abordable sont donc clairement désavantagés.

Recommandations

M. Germain affirme que « les communautés locales ne peuvent plus attendre les initiatives du privé ou de l’État pour espérer avoir [IHV] et un service de télévision adéquat. » Il propose donc que les Villes et Villages puissent entrer en compétition avec les entreprises privées dans l’offre de service internet et puissent avoir les moyens de mettre légalement en place, dans les cas où elles ne sont pas desservies ou mal desservies, leur service Internet et de télévision.»*

Le point de vue du député

David Graham, député de Laurentides-Labelle, a souligné l’importance de participer aux consultations du CRTC dans un communiqué de presse envoyé le 20 janvier dernier.

Il enjoint la population des Laurentides à remplir le sondage du CRTC. « La date limite est le 29 février [pour répondre au sondage], ça ne prend que quelques minutes et il faut qu’un maximum de gens se manifestent auprès du CRTC. Les régions comme la nôtre ont dix ans de retard sur les villes en matière de connectivité et les répercussions sont énormes. Il est temps de faire de l’accès à Internet en région une priorité nationale. », affirme M. Graham.

Le sondage se trouve à www.ekos.ca/crtcf .

*Voici le mémoire de Paul Germain et Pierre Daigneault :

Imprimer