Quatuor Alcan
Merveille !

Le samedi 27 février 2016 : Aurores musicales,
Quatuor Alcan : Laura Andriani et Nathalie Camus, violons, Luc Beauchemin, alto et David Ellis, violoncelle. J. Haydn : Quatuor en sol majeur op. 54 no 1; L. van Beethoven : Quatuor en ré majeur op. 18 no 3; F. Mendelssohn : Quatuor en ré majeur op. 44 no 1Le samedi 27 février 2016 : Aurores musicales, Quatuor Alcan : Laura Andriani et Nathalie Camus, violons, Luc Beauchemin, alto et David Ellis, violoncelle. J. Haydn : Quatuor en sol majeur op. 54 no 1; L. van Beethoven : Quatuor en ré majeur op. 18 no 3; F. Mendelssohn : Quatuor en ré majeur op. 44 no 1
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Sylvie Prévost – Quelle chance avons-nous de recevoir des musiciens tels que le Quatuor Alcan ! Comble était la salle, comblées ont été nos attentes ! 

La soirée s’est déroulée en ordre chronologique de composition, avec présentation conviviale et intéressante des pièces par Mme Andriani.  La musique est si vivante, sa présence si dense, que j’ai peine à parler de la performance de l’ensemble. Il est disparu devant ce qu’il a interprété, ce qui est en soi une grande qualité.

D’abord Haydn, un quatuor de maturité, écrit en pleine maîtrise de ses moyens et de la forme musicale qu’il a choisie. Le premier mouvement est bien enlevé et bien chantant, avec ses glissandi impressionnants. Il a été entachées par quelques imprécisions dans l’intonation – ajustement de l’instrument? Indisposition du premier violon? Heureusement, la chose s’est bien vite corrigée. Les 3e et 4e mouvements, surtout, ont été un régal. Un violoncelle ô combien dansant, et un ensemble dont l’écoute mutuelle et l’esprit de corps sont remarquables. La musique fuse!

Beethoven… Son premier quatuor… œuvre plutôt souriante au début, elle devient bien vite entrelacée d’hésitations, comme craignant de prendre son envergure… Le second mouvement donne à entendre de beaux duos. Le troisième, d’abord interrogatif, est entrecoupé de moments de ferme résolution. C’est dans le quatrième mouvement que le compositeur décide de prendre toute sa place. Dans une interprétation au poil, l’intensité du sentiment prend de l’ampleur, l’expressivité et la joie de vivre balaient l’insécurité. Ce n’est pas un Beethoven en colère, mais un tout jeune homme peu confiant qui choisit de répondre à d’irrésistibles pulsions musicales.

Le premier mouvement du quatuor de Mendelssohn fait alterner un feu brillant avec des moments plus introspectifs, comme un hommage au Beethoven qui l’a précédé. Après l’ardeur de la flamme, un second mouvement en vert, champêtre et serein, le cours sinueux d’un ruisseau. Le troisième mouvement est une chanson mélancolique, rappelant les mélodies juives que Mendelssohn a bien sûr entendues, et qui tourne doucement à la joie. Le quatrième mouvement, fougueux mais aussi plein de finesse, clôt cette œuvre lumineuse et scintillante.

En rappel, Chocolat au café, composition de Maxime Goulet, a été aussi savoureux que son nom permettait de l’espérer.

Les musiciens, dans la précision des attaques, l’homogénéité des intentions, le rendu des nuances, la flexibilité des phrases, sont restés tout du long comme les quatre membres d’un seul corps, nous laissant goûter pleinement la divine musique. Merci à eux!

Imprimer