Prévost – Séance ordinaire du conseil, du lundi 11 avril 2016.

Près de 25 citoyens étaient présents pour le dénouement de la saga qui avait pris naissance à l’hôtel de Ville, au printemps 2015, avec une entente hors cour. Selon les informations, deux membres du personnel vivaient ce qui semblait être de l’incompatibilité de caractère. Nous ne le saurons jamais, puisque le tout est placé sous le sceau de la confidentialité. À l’époque, les médias avaient laissé une triste image de notre cité. Qui, quand, comment, pourquoi, le simple payeur de taxes n’a qu’à payer, point à la ligne. Monsieur Richer soutient qu’en fin de processus le dossier aurait dépassé largement les 75 000 $ de frais. Nous en sommes déjà très près. Ce dernier avançait aussi des honoraires d’avocats de près de 2 000 $ par jour si on se présentait devant un juge. Les conseillers Léger, Paquette, Leroux, Bordeleau et Badertscher ont voté en faveur d’un règlement rapide, alors que le conseiller Brunet et le maire ont voté contre. De toute évidence, ils auraient voulu aller au fond des choses. Pour les personnes qui n’étaient pas ici au début de l’an 2000, nous devons vous rappeler qu’une chicane entre membres du conseil avait englouti des fonds de près de 250 000 $, facture qui avait été refilée aux contribuables de Prévost par le biais de leurs taxes foncières. Monsieur le maire a soutenu qu’un grief ne devait pas se régler par la voie politique. Prédiction pour la prochaine campagne électorale à l’automne 2017 : nous allons encore entendre abondamment le mot « transparence ». Oui, celui à géométrie variable.

Gestion des affaires financières

Les états financiers et le rapport du vérificateur au 31 décembre 2015 font état d’un surplus de 1,56 M$ pour notre Ville.

Gestion réglementaire

Un avis de motion visant à modifier le règlement de zonage 601 fut présenté, ce qui permettrait de mettre sur pied un centre de conditionnement de matières recyclables, où des personnes à mobilité réduite travailleraient.

La Ville a fait l’acquisition d’un camion de service pour l’hygiène du milieu pour la somme de 190 000 $. Cette dépense sera assumée par les utilisateurs du service d’aqueduc et d’égout sanitaire de notre ville.

Un avis de motion fut présenté, décrétant des travaux de réfection d’aqueduc et de la chaussée au lac Écho, entre les rues Centrale et Roy, pour la somme de 410 500 $.

La réfection du chemin du Lac-Écho, entre les rues Joseph et Centrale, est présentement à l’étude.

Gestion des contrats

Un contrat pour la tonte de gazon, entretien et lignage des trois terrains de soccer fut octroyé pour la somme de 34 200 $.

La Ville fit l’achat de fleurs pour la saison estivale 2016 pour la somme de 13 282 $ chez le détaillant Jardissimo.

Des travaux de réfection sur la rue Louis-Morin, à l’intersection de la rue Ovila-Filion, furent accordés à la firme St-Onge Excavation pour la somme de 67 975 $.

Gestion urbaniste

Monsieur Normand Bélanger est intervenu sur la présentation d’un plan d’intégration architecturale d’une résidence du Clos Saint-Urbain dont, selon lui, l’équilibre (esthétique) de la construction n’était pas bien agencé. Le conseiller Leroux a répondu que le CCU avait déjà donné son approbation dans ce dossier et que le citoyen aurait dû intervenir dans la phase préliminaire du dossier pour présenter ses doléances. Malgré tout, quelques modifications ont été acceptées.

Questions du public

Monsieur Gilles Raymond, rue Guénette. Encore une fois, ce citoyen revient à la charge avec l’utilisation de l’eau potable pour le lavage des rues de notre ville. Fait qu’il trouve inadmissible. Monsieur Richer se défend en disant que l’installation de bornes sèches est toujours en projet. La conseillère Léger a pour sa part soutenu que l’eau qui est pompée du puits Baulne est à toute fin pure et demande un traitement minimal.

Bonne nouvelle!  Les prochaines assemblées du conseil seront disponibles sur le Web (version audio). Ici, nous ne pourrons pas dire que les paroles s’envolent, parce qu’elles seront conservées pour bon nombre d’années, et ce, dans l’attente de la version vidéo, ce qui nous aidera à faire un choix plus éclairé en vue de la prochaine campagne électorale. De plus, les villes de Sainte-Agathe et Saint-Hippolyte ont déjà eu cette audace et sont très heureuses des résultats. Et qui sait si toutes ces technologies n’obligeront pas un jour votre chroniqueur à accrocher son crayon.

Imprimer