Les échos du Conseil de Ste-Anne-es-Lacs – Mai 2016

Assemblée du conseil du lundi 9 mai, à 20 h, présidée par la mairesse Monique Monette Laroche. Tous les membres du conseil présents.

Point de vue en ouverture d’assemblée

La mairesse annonce qu’à la prochaine élection municipale, l’échevin responsable de son district n’a pas l’obligation de résider dans son district. – La Municipalité présentera une requête auprès de Transport Canada et NAV Canada afin de revoir le plan de vol des avions de l’école de parachutisme Adrénaline de Saint-Jérôme pour qu’il soit situé à l’extérieur du territoire de Sainte-Anne-des-Lacs; une pétition est présentement en cours et compte déjà 450 signatures. – Serge Grégoire a annoncé l’affichages d’interdiction de feu à l’entrée de la municipalité. – Sylvain Charron se plaint de la tergiversation devant tout nouveau projet qui retarde inutilement la mise en œuvre de projet tel que la nouvelle garderie.

Entrefilet

Quelques dépenses excédant 2 500 $ qui apparaissent à l’ordre du jour de l’assemblée : Mont Gabriel Resort et Spa – 3 291 $, Reid Associés – 9 000 $, MRC des Pays-d’en-Haut – 44 992 $, Réseau Biblio – 17 019 $, Ronald Desrochers, consultant en environnement – 6 053 $ et ministère de la Sécurité publique – 356 306 $.

Le comité de sélection d’un poste au service d’urbanisme pour un remplacement de congé de maternité sera formé de la mairesse, la directrice du Service de l’urbanisme Christine Valiquette, le directeur général J.F. René et du conseiller Jean-François Vaillancourt.

Subvention à l’organisme ABVLACS de 2 000 $ et don de 300 $ au fonds « Feux de forêts en Alberta de la Croix- Rouge ».

Adoption du règlement d’emprunt no 399-2016 concernant l’asphaltage des chemins des Clématites et des Chrysanthèmes : le partage des coûts se fera 25 % par la Municipalité et 75 % par les résidents, soit 21 250 $ et 63 750 $ avec un remboursement sur une période de 20 ans. Ces travaux ont été rendus possibles grâce à une entente avec la majorité des riverains, ce qui a permis de devancer l’échéancier municipal d’intervention.

Approbation de dépenses relatives au parc Irénée-Benoît de 32 406 $; abstention du conseiller Sylvain Harvey pour l’achat d’un cabanon au prix de 15 680 $.

Autorisation de passage « Le Grand Tour Desjardins », le jeudi 11 août 2016, qui comprend 2000 cyclistes; le centre communautaire servira de point de service.

Octroi d’une aide financière du Fonds de développement des territoires (FDT) de la MRC des Pays-d’en-Haut relativement au projet d’accès à l’eau de l’île Benoît de 7 000 $.

Des extra de 28 000 $ ont été identifiés pour des travaux de mise aux normes au Centre communautaire.

Mandats à la firme d’avocats Prévost Fortin D’Aoust pour une requête en démolition de bâtiments au 50, chemin Bellevue et 613, chemin Sainte-Anne-des-Lacs. Le conseiller Charon s’étant inquiété du sort de la personne déplacée, la mairesse a répondu que les services sociaux ont été rejoints et que si la requête était acceptée l’occupante serait prise charge par ces derniers.

Émission de constats d’infraction pour abattage d’arbres sans permis sur le lot 4 769 351 et installation septique au 6-6A, chemin des Bambous. Rappelons que les permis d’abattage sont gratuits et ne demande que la description de la coupe projetée.

Questions du public

L’échevin Sylvain Harvey veut savoir si on a un écrit de confirmation de la Mutuelle d’assurance dans le projet d’accès à l’eau de l’île Benoît, le directeur général a répondu qu’il n’y avait aucun problème pour la produire.

Monsieur Drennan veut savoir pourquoi le site du projet d’accès à l’eau de l’île Benoit n’a pas été répertorié comme milieu humide. La mairesse a reconnu le fait et le représentant de ABVLACS, Jean Massé, a mentionné que les critères de sélection d’un milieu humide pouvaient différer d’un endroit à l’autre et qu’ils sont répertoriés par la MRC.

Mme Carré craint un envahissement des étrangers (personnes de Laval ou Montréal) et selon elle on ne peut limiter l’accès au projet pilote de l’île Benoît. La mairesse a répondu que l’on n’avait qu’à charger deux à trois fois le prix aux non-résidents et offrir la gratuité aux résidents.

Une dame s’est demandé si on ne pourrait pas passer un règlement sur les 31 accès ou servitudes du lac Marois pour contrôler les entrées des non-résidents et avoir recours à une signalisation appropriée.

Le gardien que l’on va engager à l’île Benoît sera-t-il qualifié, demande un contribuable ? La mairesse a répondu que ce sera un spécialiste en loisir et plein air.

L’assemblée s’est terminée à 21 h 15.

Imprimer