Liberté de presse
Régression sur tous les continents

Classement mondial de la liberté de presseClassement mondial de la liberté de presse
Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Valérie Lépine – Chaque année, Reporters sans frontières publie le Classement mondial de la liberté de presse. Établi en fonction de divers critères comme le pluralisme médiatique, l’indépendance des médias et la sécurité des journalistes, le classement affiche la performance de 180 pays dans le monde.

L’édition 2015 du Classement de l’organisme Reporters sans frontières (RSF) publié en décembre l’an dernier fait état d’une régression de la liberté de presse sur tous les continents. On y note que « les deux tiers des 180 pays figurant au Classement mondial de la liberté de la presse 2015 affichent de moins bonnes performances, en valeur absolue, que dans l’édition précédente ». RSF a dénombré 67 journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions ou en raison de leurs fonctions et on soupçonne qu’il y en aurait au moins une quarantaine d’autres seulement pour l’année 2015.

Les raisons de cette régression sont multiples, affirme RSF. Les nombreux conflits mondiaux sont marqués par la propagande ou les black-out médiatiques. De plus, différentes organisations nuisent à la liberté de presse : les groupes non étatiques comme Boko Haram au Nigéria (111e au classement) et le groupe armé État islamique en Irak (156e) et en Syrie (177e); les milices et les organisations paramilitaires dans les conflits nationaux comme en République centrafricaine (110e), en Libye (154e), au Yémen (168e) et en Colombie (128e); et le crime organisé comme au Mexique (148e) qui, soit dit en passant, est selon RSF l’état le plus meurtrier pour les journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions sur le continent américain.

Certaines chutes dans le classement sont notables. Les États-Unis (49e) par exemple ont perdu 26 points depuis 2009, notamment en raison du dossier WikiLeaks. En Europe, l’Italie et l’Islande ont perdu respectivement 24 et 13 points. Les journalistes italiens ont été la cible de menaces de la part de la mafia et de poursuites en diffamation par des groupes de pression tandis que les journalistes islandais ont vécu un durcissement des rapports entre le monde politique et les médias.

Le Canada se classe quant à lui au 8e rang, une augmentation de 10 points par rapport à 2014. Depuis 2004, son classement oscillait entre la 16e et la 20e position. C’est en 2002 qu’il a reçu la meilleure note, soit le 5e rang.

C’est la Finlande qui arrive bonne première au classement, position qu’elle occupe depuis 2002 (sauf une légère régression en 2007-2008). Et c’est l’Érythrée qui arrive au 180e rang.

Sources :

https://index.rsf.org/#! /presentation (Classement mondial de la liberté de presse)

http://www.rsf-ch.ch/node/7696 (Bilan RSF 2015)

Imprimer