Complexe sportif dans la MRC des Pays-d’en-Haut – Ouverture en 2018?

diapo_complexe_sportif
Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Valérie Lépine – Le projet est dans l’air depuis une quinzaine d’années : doter la MRC des Pays-d’en-Haut d’une infrastructure sportive régionale. Depuis quelques mois cependant, les choses se concrétisent. Les citoyens de la MRC des Pays-d’en-Haut auront-ils bientôt accès à un centre sportif complet ?

Après plusieurs années de tergiversations et de pourparlers, le projet de complexe sportif dans la MRC des Pays-d’en-Haut semble être en voie de réalisation.

D’abord, on a ciblé un terrain susceptible d’accueillir les infrastructures : il s’agit d’une propriété située au sud-ouest de la polyvalente A.-N.-Morin à Sainte-Adèle. Cette propriété a récemment été acquise par la Commission scolaire des Laurentides (CSL)1. Lors du Conseil des maires du 14 juin, on a approuvé la création d’un sous-comité pour négocier un bail de 20 ans avec la CSL. Il est entendu qu’après 20 ans le terrain reviendrait à la MRC.

Bien que rien ne soit encore définitif, le complexe sportif pourrait abriter un terrain de football et de soccer à surface synthétique, une piscine et une aire de baignade pour enfants et, idéalement, un aréna.

Le préfet suppléant de la MRC, André Genest, a déclaré au Journal le 19 juin dernier qu’il en est encore à évaluer les coûts de construction et d’exploitation du projet et la façon dont la facture totale sera répartie entre les 10 municipalités de la MRC. Plusieurs scénarios de gestion, d’impartition et de répartition sont actuellement à l’étude.

On sait néanmoins que la polyvalente A.-N.-Morin a reçu en avril 2016 une subvention de 1,13 M$ du ministère de l’Éducation pour la construction d’un terrain de soccer et de football à surface synthétique. Le journal Les Pays-d’en-Haut/La Vallée rapportait le 18 avril que « la MRC des Pays-d’en-Haut était […] partenaire dans ce projet puisqu’elle défraiera 50 % des coûts estimés pour la construction du terrain. »

En 2013, on avait aussi octroyé une subvention de 3,3 M$ à la ville de Saint-Sauveur pour la construction d’une piscine. Ce montant pourrait servir à payer une partie des coûts du complexe sportif.

André Genest affirme que les deux subventions (terrain et piscine) pourraient être intégrées au projet de complexe sportif si la CSL et la MRC arrivent à s’entendre sur les modalités du projet. En poste en tant que préfet suppléant depuis seulement quelques semaines, M. Genest a dit ne pas avoir eu le temps de parler aux élus pour savoir si cette intégration est réellement possible.

Bien que le coût du projet soit « le nerf de la guerre », comme l’affirme M. Genest, iI faut bien dire que la conciliation et les négociations sont aussi au cœur de la réalisation de ce projet. Le projet semble avoir stagné pendant toutes ces années parce que les discussions entre les différents maires ont longtemps achoppé. À ce propos, le journal Accès d’octobre 2015 rapportait cette déclaration du préfet Charles Garnier : « Durant 12 ans, je veux bien reconnaître que j’ai échoué dans mes tentatives d’obtenir le consensus du conseil des maires; mais on ne peut pas me reprocher d’y avoir mis tous mes efforts. »2

André Genest estime que le coût de ce projet pourrait atteindre au moins 10 M$. Si tout va bien3, on pourrait commencer à construire la piscine (et peut-être l’aréna) en 2017. Le projet s’étalerait sur un an. Quant au terrain de football et de soccer, le mandat pour la réalisation des plans et devis a été octroyé à la firme de génie-conseil CDGU. Selon l’échéance, l’appel d’offres sera lancé au début du mois de septembre afin que le tout soit construit au plus tard à l’autonome 2017.

1 En fait, la Commission scolaire a procédé à un échange de terrain avec un propriétaire privé de Sainte-Adèle.

2 Complexe sportif des Pays-d’en-Haut journal Accès, 20 octobre 2015.

3 M. Genest a déclaré au Journal que « personne ne remettait en question » le projet  en ce moment et qu’il vise à atteindre un consensus au sein des élus. Il a cependant avoué que certains pourraient décidé de ne pas se joindre au projet.

Imprimer