La croix de chemin des Dagenais – Restaurée et bénie

Cette croix qui a permis autrefois de réunir des familles fondatrices de Prévost, telles que les Dagenais, les Guénette, les Blondins, les Desnoyers, les Morin et bien d’autres. Bertrand Néron considère que ce serait merveilleux de réunir ces familles à nouveau, l’instant d’un souvenir bien senti.Cette croix qui a permis autrefois de réunir des familles fondatrices de Prévost, telles que les Dagenais, les Guénette, les Blondins, les Desnoyers, les Morin et bien d’autres. Bertrand Néron considère que ce serait merveilleux de réunir ces familles à nouveau, l’instant d’un souvenir bien senti.
Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

Michel Fortier La croix de chemin, installée, il y a près de 100 ans par la famille Dagenais sur le rue de la Station, a été rénovée pour la première fois en novembre dernier et c’est ce 31 mai 2016 que selon la tradition des croix de chemin, elle fut bénie par Fabrice Nsamolo-Itele, prêtre administrateur pour la paroisse Saint-François-Xavier.

croix_6138

C’est sous la « direction » de Bertrand Néron… que Normand Bélanger a entrepris de refaire la croix en juin 2015 avec le bois fourni par Pierre Gingras. La croix fut terminée et installée le 28 novembre en prenant soin de récupérer le cœur et les rayons d’origine soigneusement astiqués. Espérons qu’elle tienne aussi longtemps que la première.

Bertrand Néron, que plusieurs connaissent comme un bon conteur et un homme qui aime diriger toujours amicalement ses amis, a mis un point d’honneur de rappeler à l’auditoire le rôle des Dagenais dans ce petit paradis. Bertrand en épousant Marielle Dagenais a épousé toute la famille Dagenais.

Les croix de chemin

La pratique des croix de chemin remonte au 12e siècle et a profondément marqué le caractère chrétien de la Nouvelle-France. Il y aurait près de 3000 croix de chemin au Québec. Les familles des premiers colons s’y réunissaient pour prier étant donné l’éloignement des églises.

Imprimer