Mon milieu de vie

diapo_milieudevie
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Consultation sur l’aménagement de Prévost

Denys Duchesne – Ma ville, c’est Prévost. Mon milieu de vie, cet endroit intime que je connais depuis 40 ans et où je vis au quotidien depuis 27 ans, il se déploie aux alentours du Café des Artisans, là où j’entreprends d’écrire ce texte.

Je porte un regard sur le chemin de la Station, la gare tout près, le Domaine des chansonniers plus loin, la rue Joseph, vallonneux trait d’union; le parc linéaire bien sûr, le Massif des escarpements, le Parc des falaises; la Poste fédérale, le poste de police, celui des pompiers; puis sur notre Maison d’Entraide, les centres de la petite enfance, le parc Rivière-du-Nord, le golf. Nos deux églises, le presbytère, les cimetières, les maisons ancestrales. Et la rivière, venue du nord, qui se glisse sous le vénérable pont Shaw pour porter plus loin avec elle mon regard sur Mon milieu de vie.

Une vision d’abord

Dans le cadre de la consultation menée par la Ville sur la planification stratégique, j’ai participé à la première soirée de consultation-animation et par la suite à deux ateliers portant sur l’aménagement du territoire. Ces rencontres bien préparées et convenablement animées ne permettent pas, à mon sens, des échanges de fond ou la présentation d’idées-force.

Je saisis donc au bond la balle lancée par le Journal des citoyens nous invitant à porter un regard sur l’aménagement de notre milieu de vie.

Depuis longtemps, mon quartier est sous pression. Ainsi, au cours des dernières années, on a connu le déménagement de la Caisse populaire, la fermeture de la quincaillerie et celle de notre épicerie. Dans les trois cas, les commerces ont été relocalisés et, commercialement parlant, économiquement parlant, les changements sont positifs, j’en suis sûr. Mais qu’en est-il de l’effet de ces départs successifs sur le Vivre ensemble? Sur la vie de quartier? Où sont ces gens qui me saluaient?…

J’entends parler aujourd’hui d’une strip commerciale(!) le long du golf, sur la 117, d’un commerce à la gare, de stationnements, d’une autre grande surface à venir – La pression continue. On nous demande aujourd’hui notre avis sur l’aménagement du golf, un espace hautement stratégique qui a, semble-t-il, échappé à la Ville, il y a quelques années.

Absence de vision? Certainement. Mais où étions-nous? Où étais-je? Et aujourd’hui? Et demain? Qu’en sera-t-il de mon milieu de vie? Qu’en adviendra-t-il au terme de la planification stratégique en cours?

Allons droit au but : je propose que mon quartier soit résolument vu, reconnu et consacré comme le quartier des services publics. – L’école vive et éduquée, la bibliothèque accueillante et libératrice, les églises dominicales et miséricordieuses, l’Hôtel de Ville austère et démocratique, l’administration municipale serviable et responsable, la salle de spectacles exubérante et réfléchie, le Centre culturel et communautaire pour hier et pour demain, en dessinent déjà les contours. Reste à reconnaître.

Je vois aussi le pôle nature prendre de l’ampleur. Avec le Massif, le Parc des falaises, le parc linéaire. Et la gare, notre gare, citoyenne devenue! Et l’accès à la Rivière-du-Nord du côté ouest. Un potentiel encore inexploité.

Je n’ai pas une vision sentimentale de mon milieu de vie. C’est une vision socio-économique, celle du Vivre ensemble profondément inscrite dans son historique, ses maisons, ses paysages, ses résidents.

Je sais que ce regard doit être confronté aux idéologies, aux tendances, anciennes et nouvelles, qui sous-tendent les politiques d’aménagement; à la notion d’interdépendance des milieux, aux politiques existantes, à différents principes de précaution. Les pages du Journal nous y invitent.

Et à la fin, puisque tout commence là, il faudra bien porter un regard et dire la finalité sociale et humaine de l’aménagement.

Ce ne sera pas sentimental, là non plus.

Note de la rédaction : La Ville de Prévost a entrepris une démarche de planification stratégique sous le thème de Prévost, au cœur de l’avenir. Tous les citoyens sont invités à prendre part à cette démarche inclusive qui vise à définir collectivement l’avenir de leur ville. Après les démarches de M. Denis Duchesne, l’équipe du Journal souhaite inviter les citoyens de tous les quartiers de Prévost à présenter leurs points de vue sur le développement de leur quartier et de leur ville, afin de percevoir les différences inhérentes aux différents territoires et de pouvoir les présenter dans une édition prochaine.

Imprimer