Conseil de Prévost – Août 2016

Séance ordinaire du conseil municipal du lundi 8 août 2016 à 19 h 30.

Parfois nous pouvons faire référence à d’autres journaux; en date du 21 juillet 2016, le journal de Montréal titrait à la page 7 : Soupçons d’Élections avec retour d’ascenseur, des firmes de communication sont sous le radar du DGE depuis 15 ans. Une carte géographique où on pouvait voir le nom de 18 Villes et Prévost y paraissait : quel opprobre pour ses citoyens! Monsieur Yvon Blondin demanda à Monsieur Richer s’il y avait eu une réplique de sa part avec le journaliste Jean-Louis Fortin sur ces allégations. Monsieur Richer affirma, de son siège, qu’il n’avait jamais eu connaissance de cet article même si 19 jours s’étaient écoulés depuis sa parution. Pour le citoyen Blondin, le point qui prime est la réputation de notre Ville. Deux jours plus tard, le maire confirma qu’il allait communiquer avec ce journaliste pour éclaircir le tout, nous attendons les conclusions.

Gestion des affaires financières

Les taxes payées pour l’usage du système d’égout ont totalisé un surplus de 168 646 $; pour le système d’eau potable des secteurs Clos Prévostois et Domaine Laurentien un surplus de 11 802 $ et pour le PSL 64 618 $. Le secteur Lac Écho pour sa part a accumulé un déficit de 52 117 $. Le conseiller Bordeleau mentionne qu’une bonne journée on devra se pencher sur ce problème (Lac Écho). Il n’a pas encore établi de quelle façon cette perte sera épongée.

La disposition des surplus demeure spécifiquement réservée à chaque système et pourrait être utilisée à l’occasion pour des bris ou réparations majeurs.

Gestion réglementaire

Règlement amendant le Code d’éthique et de déontologie des élus et employés de la ville de Prévost, en quelques mots, aucun projet ne peut être annoncé pendant une activité de financement politique si celle-ci n’a pas été définitivement acceptée et votée par les élus antérieurement.

Gestion des contrats

Deux contrats de déblaiement et de sablage des stationnements municipaux ont été accordés pour l’hiver 2016-2017 : Marc Laurin 17 600 $, Excavatek 43 149 $ ainsi que deux autres contrats pour déblaiement et sablage des trottoirs Marc Laurin 5 455 $ et Entreprise Lake 12 208 $.

Gestion de l’urbanisme et mise en valeur du territoire

Nous apprenons qu’un projet intégré commercial sera implanté au nord du restaurant Tim Horton sur la 117.

Un projet pour l’utilisation de l’ancien local de la pharmacie Jean Coutu fut présenté, les promoteurs devront retourner à la table de dessin pour répondre aux exigences de l’urbanisme.

L’établissement d’un lave-auto manuel fut autorisé par le conseil, plusieurs aménagements devront être réalisés : rénovation, stationnement, aménagement paysager, le tout sera situé tout près de l’entrée des Clos Prévostois, du côté ouest de la 117.

Varia

Le dépôt de remblai et matériaux secs qui était situé sur la rue Doucet près de l’Écocentre sera relocalisé sur le terrain de la fondation DITED pour une période de 3 ans au coût de 2 500 $ annuellement. Une close d’annulation pourra être appliquée de part et d’autre avec 90 jours d’avis. Un citoyen de la rue Gariepy, monsieur Francis Perron ne pouvait cacher sa joie de cette nouvelle entente; depuis plusieurs années les résidents de ce secteur se plaignaient régulièrement du bruit qui y était généré.

La conseillère Paquette, qui représente le nouveau secteur d’adoption de ce dépôt, fut informée du déplacement le matin même de l’assemblée, elle fut la seule à voter contre. Suite à un appel téléphonique, elle confiera à notre chroniqueur qu’elle était mal à l’aise de cette situation et qu’elle gardait un œil ouvert sur le dossier.

A-t-on seulement déplacé un problème? L’avenir nous le dira.

Questions du public

Monsieur Guy Roy du Lac Écho. Ce citoyen questionna monsieur Richer sur la possibilité pour un payeur de taxes scolaires de payer cette dite taxe dans une autre commission scolaire que la sienne s’il n’y a pas d’enfant inscrit dans une école surtout que le taux de taxe peut varier de façon marquée d’une commission scolaire à l’autre. Monsieur Richer répondit que comme la question concerne le domaine scolaire, il aimait mieux ne pas s’impliquer.

 

N.D.L.R.Un payeur de taxe scolaire qui n’a pas d’enfant inscrit dans une école de la commission scolaire peut choisir de payer sa taxe scolaire à la commission scolaire de son choix, mais celle-ci doit couvrir le territoire ou est situé son immeuble. Ainsi à Prévost le contribuable aurait le choix entre la commission scolaire francophone (Rivière-du-Nord) ou l’anglophone (Wilfrid-Laurier).

Imprimer