La vieille quincaillerie hantée

Photo: Lise Pinard; L’équipe qui a participé au succès de la Maison Hantée : Florence Paquin, Lili-Rose Paquin, Marilou Paquette, Coralie Paquette, Noémie Alary, Megan Alary, William Gagné, Charles-Antoine Pilon.Photo: Lise Pinard; L’équipe qui a participé au succès de la Maison Hantée : Florence Paquin, Lili-Rose Paquin, Marilou Paquette, Coralie Paquette, Noémie Alary, Megan Alary, William Gagné, Charles-Antoine Pilon.
Lise Pinard
Lise Pinard

Les derniers articles par Lise Pinard (tout voir)

L’imagination devenue réalité grâce au travail Marilou, de son amie Florence Paquin

Lise Pinard– À 18 h, le lundi de l’Halloween, l’imagination est devenue réalité grâce au travail de Marilou Paquette, de son amie Florence Paquin et de l’aide d’amis. Après quelques heures ouvrait la porte de la Maison hantée, une première à Prévost.

C’est en parlant avec sa fille Marilou et son amie Florence, que Denis Paquette, propriétaire de la Patate au toit bleu a vu naître l’idée d’une maison hantée. Ces deux filles de 16 ans, désireuses de relever le défi d’une Halloween joyeusement épeurante et excitante sont parties avec un budget de 500 $ offert par le commanditaire qui était assuré, qu’avec le dynamisme de ces jeunes, l’idée allait se réaliser.

Un local se prêtait à cet événement, celui de la quincaillerie Matério qui a fermé ses portes à la fin de 2015. Les fils d’araignées et le caractère lugubre du local se prêtaient bien à une marche vers l’horreur, allant du squelette aux tombeaux d’où sortait un être en état de démence et les giclées de sang partout pour mieux accentuer l’effet. Rien n’a été oublié : cimetière, fils d’araignée tapissant les couloirs, crânes ensanglantés, musique de circonstance et fumée, tout pour faire peur. Des sites internet ont servi à trouver les thèmes que nos instigatrices ont développés dans ce corridor lugubre. Elles ont reçu environ 200 personnes, ce qui en fait une réussite, car ces jeunes étudiants n’avaient pas eu tout le temps souhaité à consacrer à cette belle action communautaire. «On répétera l’événement l’an prochain si le local est toujours disponible… sinon, il faudra trouver un autre endroit, ce serait dommage, car celui-ci s’y prêtait bien. »

Imprimer