La fin d’une époque !

Photo: courtoisie ; Le 9 novembre 2016, Garde Rita Portelance « piquait » son dernier patient, Gilles Pilon, à la Maison d’entraide de Prévost après plus de 36 ans d’activité !Photo: courtoisie ; Le 9 novembre 2016, Garde Rita Portelance « piquait » son dernier patient, Gilles Pilon, à la Maison d’entraide de Prévost après plus de 36 ans d’activité !
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Fin des prélèvements sanguins à la Maison d’entraide

Gilles Pilon- Début novembre, prenait fin à Prévost une tradition vieille de 36 ans ! Un autre service aux citoyens, fort apprécié de la population, cessait d’exister! En ce petit matin frisquet et tristounet d’automne, le 9 novembre 2016, Garde Portelance procédait à ses derniers prélèvements sanguins à la Maison d’entraide de Prévost.

Photo : Gilles Pilon; Au fil des ans, Rita (à droite) a pu compter sur de nombreuses collaboratrices lors des prises de sang à la Maison d’entraide de Prévost. On la voit ici avec Aline Tourville. Rita tient à remercier toutes ces femmes qui se sont impliquées dans ce service à la population.

Photo : Gilles Pilon; Au fil des ans, Rita (à droite) a pu compter sur de nombreuses collaboratrices lors des prises de sang à la Maison d’entraide de Prévost. On la voit ici avec Aline Tourville. Rita tient à remercier toutes ces femmes qui se sont impliquées dans ce service à la population.

Garde Portelance, c’est cette femme énergique et dynamique qui, depuis près de quatre décennies, intervient dans le but de venir en aide aux  gens de Prévost et de la région immédiate.

Originaire de Saint-Jérôme, Rita, comme l’appellent amicalement ses amis et connaissances, c’est cette femme qui s’est impliquée à fond dans la vie de la communauté depuis son arrivée à Prévost avec son défunt époux Jean-Marc Portelance.

Assistante infirmière-chef la nuit à la salle d’urgence de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme, Garde Portelance fut aussi mère de trois beaux enfants et maintenant grand-mère d’une demie douzaine de petits-enfants.

Impliquée partout où il y avait du « bien » à faire, Garde Portelance fut tour à tour présidente de la Maison d’entraide de Prévost, conseillère municipale, commissaire d’école, bénévole à l’école Val-des-monts, active dans le mouvement scout d’ici, vice-présidente du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels des Laurentides sans oublier membre et même présidente du Club optimiste de Prévost.

Tout un programme pour cette femme moderne et dynamique qui fut un exemple d’implication pour beaucoup d’entre nous.

Arrivée à l’âge vénérable d’une retraite bien méritée, veuve depuis l’an dernier, garde Portelance a finalement décidé de prendre un peu de temps pour elle et sa progéniture.

Celle qui, pendant 36 ans, nous a aussi gentiment « piqués » le mercredi matin et qui s’est inquiétée de notre état de santé général, discrètement, tire sa révérence non sans saluer toutes les personnes qu’elle a côtoyées au fil de ces années. Patients, collaboratrices, bénévoles et employées de la Maison d’entraide, elle les salue toutes et les remercie pour leur implication !

Au printemps 2017, Garde Portelance ne renouvellera pas sa licence. Elle ne pourra donc plus exercer les actes réservés à la profession d’infirmière. En 2017, Garde Portelance aurait cumulé 50 années de pratique à titre d’infirmière. Elle a remis toutes ses fioles, seringues, aiguilles et articles utiles aux prélèvements sanguins à une collègue infirmière qui verra à les utiliser adéquatement.

Garde Portelance, les milliers de Prévostois et Prévostoises que vous avez « piqués » depuis 36 ans vous saluent bien bas et vous remercient du fond du cœur pour tous ces gestes de générosité qui ont contribué à rendre notre communauté plus humaine.

Imprimer