Fervent défenseur de la nature

diapo_Jean_Masse
Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

Hommage à Jean Massé

Michel Fortier – Jean nous a quittés le 5 mars dernier, après la récidive d’une grave maladie qu’il avait réussi à apprivoiser 15 ans plus tôt, avec beaucoup d’amour et de patience.

Sa sagesse, son amour des autres et de la nature, de même que son grand dévouement envers de multiples causes resteront à jamais gravés dans les cœurs de tous ceux et de toutes celles qui l’ont côtoyé.

Vous pourrez lui rendre un dernier hommage au salon Yves Légaré situé à Sainte-Dorothée, le samedi 18 mars et le dimanche 19 mars. S’ils le souhaitent, les invités pourront aussi faire un don à la Fondation Cité de la Santé : yveslegare.com/avis-de-deces/jean-masse/

Comme l’écrivait Jean : « La mort n’est rien, il ne s’agit que d’un autre chemin de vie qui mène à l’éternité. »

Bernard Filion, directeur de Canards Illimités Canada, section Québec et conférencier vedette de l'événement discutant avec Jean Massé, du Journal des citoyens dans un échange entre passionné d'environnement. – Photo : Michel Fortier

Bernard Filion, directeur de Canards Illimités Canada, section Québec et conférencier vedette de l’événement discutant avec Jean Massé, du Journal des citoyens dans un échange entre passionné d’environnement. – Photo : Michel Fortier

Hommage à un être authentique et respectueux de lui-même et des autres

Mot de Gilles W. Pilon

Jean était davantage qu’un ami. Nous avons vécu ensemble les grandeurs et les misères de notre aventure à l’ABVLACS. Nos valeurs se ressemblaient, nos priorités étaient les mêmes. Nous partagions un sens de la communauté et de la justice sociale. Ses interventions et les nombreux articles qu’il a écrits démontrent à quel point il croyait dans les gestes à poser pour préserver la qualité de l’environnement, et en particulier de nos lacs. Je demeure impressionné de sa force de caractère face à sa maladie et de sa volonté de conserver, malgré tout, sa sérénité. Je suis heureux d’avoir eu le privilège de le côtoyer et son souvenir demeurera un moteur positif pour la suite de ma vie.

Mot de Guylaine Simard et Claude Hamel

Adieu à notre ami Jean Massé.

Cher Jean, nous ne pouvons croire qu’on ne te verra plus, n’entendrons plus ta voix, tes taquineries, ne lirons plus tes réflexions sur la vie, ces petites capsules de philosophie qui nous interpellaient chaque fois. Tu étais un humaniste.

Tu nous a marqués par ta qualité de présence, ton intelligence, ta sensibilité et ton affection. Nous avons bénéficié de ta rigueur et de ton implication pour la cause de la préservation de l’environnement dans L’ABVLACS comme membre du C.A. et ensuite comme président pendant plusieurs années. Tu aimais vivre dans cette belle nature.

Tu as pris racine dans la municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs au cours des sept dernières années et tu as développé des liens avec de nombreuses personnes en laissant une forte empreinte dans notre milieu.

Tu étais passionné par la vie et investi dans tout ce que tu entreprenais. Sur un terrain de tennis, tu étais un joueur agréable et redoutable, toujours prêt à bondir. Tu étais un bricoleur hors pair, habile et méticuleux. Tu aimais la musique, même si tes talents de chanteur étaient plutôt modestes. Nous gardons précieusement plein de souvenirs de nos rencontres. – Notre tristesse est grande. – Salut, Jean.

Partie de pétanque. Photo courtoisie

Partie de pétanque. Photo courtoisie

Mot de Marie Andrée Clermont

Nous échangions sur la vie, l’amour, l’espoir, la liberté. Il avait la capacité d’exprimer sa pensée de façon à susciter la réflexion, dans un style poétique qui n’appartenait qu’à lui. Constamment, il testait ses certitudes, combattait ses peurs, analysait ses émotions, pour mieux comprendre et mieux vivre. Jean était un authentique, profondément respectueux de lui-même et des autres. Il recherchait l’harmonie, l’équilibre, la paix et la sérénité, en toute simplicité.

Il a vécu pleinement jusqu’à la fin. Un de ses derniers courriels rappelait, et je le cite : « On ne choisit peut-être pas toujours ce qui nous arrive, mais on peut choisir comment le vivre. » – Merci, Jean, de tout ce que tu m’as apporté.

Jean était davantage qu’un ami. Nous avons vécu ensemble les grandeurs et les misères de notre aventure à l’ABVLACS. Nos valeurs se ressemblaient, nos priorités étaient les mêmes. Nous partagions un sens de la communauté et de la justice sociale. Ses interventions et les nombreux articles qu’il a écrits démontrent à quel point il croyait dans les gestes à poser pour préserver la qualité de l’environnement, et en particulier de nos lacs. Je demeure impressionné de sa force de caractère face à sa maladie et de sa volonté de conserver, malgré tout, sa sérénité. Je suis heureux d’avoir eu le privilège de le côtoyer et son souvenir demeurera un moteur positif pour la suite de ma vie.

Mot de Guylaine Simard et Claude Hamel

Adieu à notre ami Jean Massé.

Cher Jean, nous ne pouvons croire qu’on ne te verra plus, n’entendrons plus ta voix, tes taquineries, ne lirons plus tes réflexions sur la vie, ces petites capsules de philosophie qui nous interpellaient chaque fois. Tu étais un humaniste.

Tu nous a marqués par ta qualité de présence, ton intelligence, ta sensibilité et ton affection. Nous avons bénéficié de ta rigueur et de ton implication pour la cause de la préservation de l’environnement dans L’ABVLACS comme membre du C.A. et ensuite comme président pendant plusieurs années. Tu aimais vivre dans cette belle nature.

Tu as pris racine dans la municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs au cours des sept dernières années et tu as développé des liens avec de nombreuses personnes en laissant une forte empreinte dans notre milieu.

Tu étais passionné par la vie et investi dans tout ce que tu entreprenais. Sur un terrain de tennis, tu étais un joueur agréable et redoutable, toujours prêt à bondir. Tu étais un bricoleur hors pair, habile et méticuleux. Tu aimais la musique, même si tes talents de chanteur étaient plutôt modestes. Nous gardons précieusement plein de souvenirs de nos rencontres. – Notre tristesse est grande. – Salut, Jean.

Mot de Marie Andrée Clermont

Nous échangions sur la vie, l’amour, l’espoir, la liberté. Il avait la capacité d’exprimer sa pensée de façon à susciter la réflexion, dans un style poétique qui n’appartenait qu’à lui. Constamment, il testait ses certitudes, combattait ses peurs, analysait ses émotions, pour mieux comprendre et mieux vivre. Jean était un authentique, profondément respectueux de lui-même et des autres. Il recherchait l’harmonie, l’équilibre, la paix et la sérénité, en toute simplicité.

Il a vécu pleinement jusqu’à la fin. Un de ses derniers courriels rappelait, et je le cite : « On ne choisit peut-être pas toujours ce qui nous arrive, mais on peut choisir comment le vivre. » – Merci, Jean, de tout ce que tu m’as apporté.

À lire, des anciens articles du Journal des citoyens qui parlent de Jean Massé :

http://www.jdc.quebec/lejournal/2014/09/PDF/JDC-201409%2012.pdf

http://www.jdc.quebec/lejournal/2014/10/PDF/JDC-201410%2008.pdf

http://www.jdc.quebec/lejournal/2014/10/PDF/JDC-201410%2010.pdf

http://www.jdc.quebec/lejournal/2016/05/PDF/JDC-201605%2009.pdf

 

Imprimer