Liberté de presse au Canada

diapo_liberte_presse
Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Le Canada et le classement mondial de la liberté de presse

Valérie Lépine – Le Canada se classe maintenant au 22e rang au Classement mondial de la liberté de presse publié par Reporters sans frontières (RSF). C’est son pire score depuis la parution de ce classement en 2002.

Le score octroyé aux 180 pays du Classement mondial de la liberté de la presse est basé sur un questionnaire rempli par des experts et un relevé des violences commises contre les journalistes. Le Canada a obtenu cette année un score de 221, ce qui le classe derrière des pays comme Samoa, le Surinam ou la Jamaïque.

RSF explique ce score très moyen par le fait que « plusieurs professionnels des médias ont été placés sous surveillance policière au Québec dans le cadre d’une enquête sur d’autres policiers. Un journaliste du journal Web Vice a pour sa part dû faire appel d’une décision de justice l’obligeant à remettre à la gendarmerie royale l’intégralité de ses communications avec une de ses sources. Un autre, travaillant lui pour TheIndependent.ca, encourt 10 ans de prison pour avoir couvert des manifestations dénonçant un projet hydroélectrique. Les journalistes de ce pays ne sont protégés par aucune « loi bouclier » (shield law). De plus, sous couvert de sécurité nationale, certaines législations, telles que le controversé projet de loi anti-terroriste C-51, se révèlent nuisibles à la liberté d’expression sur Internet. »

« Jamais la liberté de presse n’a été aussi menacée »

Dans son analyse des résultats de 2017, RSF conclut que la liberté de presse n’a jamais été aussi menacée dans le monde. En l’espace de cinq ans, l’indice de référence a baissé de 14 % et en 2017 le score des deux tiers des pays répertoriés s’est détérioré.

L’ère de post–vérité introduite par Donald Trump, la campagne du Brexit qui a donné lieu au « media bashing », l’utilisation des médias comme outil de propagande dans la Pologne de Jaroslaw Kaczynski et l’emprisonnement massif de journalistes en Turquie depuis le coup d’État manqué contre Recep Erdogan sont tous des exemples de la dégradation de la liberté de presse.

C’est la Norvège qui occupe cette année le premier rang. La Corée du Nord se classe dernière et forme le « trou noir de l’information » de l’Asie-Pacifique, aux côtés de la Chine et du Laos. Même des pays qui obtenaient des scores exemplaires ont chuté. La Finlande, qui occupait le 1er rang depuis six ans, a perdu deux points à cause de pressions exercées par le Premier ministre sur les journalistes de la télévision publique afin qu’ils renoncent à publier des informations l’accusant de conflits d’intérêts.

Pour voir le classement

  1. Scores du Canada ces dernières années -2014 : 18; 2015 : 8; 2016 : 18. Meilleur score : 5, en 2002.
Imprimer