Raoul Sosa

Photo : Serge Pilon; Raoul Sosa au pianoPhoto : Serge Pilon; Raoul Sosa au piano
Sylvie Prévost
Sylvie Prévost

Les derniers articles par Sylvie Prévost (tout voir)

Chopin et la musique française

Sylvie PrévostM.Raoul Sosa est un excellent pianiste. Malheureusement, comme il arrive parfois, le concert de samedi dernier ne lui a pas rendu justice.

La première partie, tout Chopin, a déçu : notes escamotées, de petits accrocs vite noyés dans la pédale, confusion dans la sonorité de la Ballade et du Nocturne. La Sonate en si mineur a été interprétée d’une façon plutôt linéaire, à peu près sans rubato, en même temps qu’un manque de fluidité a entaché certains passages. Les respirations sans ampleur ont laissé une impression d’inachèvement.

Le samedi 6 mai 2017 : Raoul Sosa – Chopin et la musique française

Raoul Sosa, pianiste. F. Chopin : Première ballade en sol mineur, op. 23; F. Chopin : Nocturne no 1 en do mineur, op. 48; F. Chopin : Sonate en si mineur, op. 58; C. Debussy : Six préludes Ondine, La puerta del vino, Les Fées sont d’exquises danseuses, La Terrasse des audiences du clair de lune, Les Collines d’Anacapri, La Cathédrale engloutie; C. Franck : Prélude, Choral et Fugue.

À la décharge du musicien, le piano souffrait probablement de ce difficile changement de saison. L’humidité ne lui réussit pas et il peut en résulter une résonnance excessive et un accord vacillant.

La seconde partie du concert nous a permis de retrouver le pianiste que nous admirons. Les six préludes de Debussy se sont révélés de belles illustrations, des vignettes expressives pleines de sensibilité. Les Fées sont d’exquises danseuses a été d’une tout aussi exquise délicatesse, on a entrevu les fantômes du jour sous la lueur de la lune dans La Terrace… et Les Collines… nous ont projetés à Capri par l’évocation du soleil, de la mer scintillante et de la vie des villages environnants.

Le César Franck m’a paru manquer de souffle, d’élan vital, jusqu’à la finale où vraiment la lumière triomphe.

Il faut par ailleurs souligner la qualité des présentations que le pianiste et pédagogue a fait des pièces au programme. Résumant parfaitement le contexte, donnant aux auditeurs quelques clés, autant du point de vue de la forme musicale que des émotions que dégage le morceau, elles ont parfaitement préparé l’auditoire à la musique qui suivait. C’est une qualité précieuse de pouvoir énoncer aussi bien le sens, la direction de son interprétation.

Il arrive qu’un musicien ait à donner un concert un soir où il est moins en forme. Dommage autant pour lui que pour nous que cela se soit produit ce soir-là.

Imprimer