Échos du conseil municipal de Prévost

 

Yvon Blondin

Séance ordinaire du conseil municipal du lundi 14 août 2017 à 19 h 30.

Gestion des affaires financières

Nous avons pu noter l’absence des conseillers Léger, Paquette et Badertscher; par contre plusieurs candidats à l’élection de novembre étaient présents. Monsieur Pierre Hébert du Clos des Muriers a déploré haut et fort la coupe d’arbres et ainsi qu’une partie du couvert végétal longeant le Clos Saint-Urbain pour la construction d’un sentier qui, en plus d’être escarpé, trouverait son début et sa fin entre deux bancs de parc. Monsieur le maire confirme qu’une consultation aurait dû être faite avant les opérations, ce citoyen demande la protection de la végétation restante.

L’approbation des déboursés et des engagements au 14 août 2017, s’élèvent à 1 022 692 $; de ce montant la quote-part réservée à la MRC totalise 241 000 $.

Gestion réglementaire 

La Ville a modifié le zonage de la résidence située au nord de l’hôtel de ville, rappelons-nous que Prévost en a fait l’acquisition au printemps : la nouvelle vocation est Public Institutionnel.

Il y aura une interdiction de stationnement sur une partie de la rue du Clos Saint-Urbain et boulevard du Clos Prévostois près du carrefour giratoire. Cette interdiction aura été causée par une utilisation abusive de personnes qui stationnaient leurs autos pour se rendre sur la piste cyclable.

Gestion des contrats

Le contrat pour le graphisme et la conception du bulletin municipal fut renouvelé pour l’année 2018 à la firme Tapage.com, pour la somme de 11 940 $. Dans le même dossier, l’impression de ce bulletin est confiée à l’imprimerie Deschamps pour 22 413 $.

Le terrain de stationnement situé au Haut-Saint-Germain qui est utilisé pour le sentier de marche, de ski de fond et autre sera agrandi. Un budget de 10 000 $ a été voté.

Des travaux d’aménagement dans le secteur des Villas, Clos-St-Urbain, seront effectués pour en rafraîchir l’aspect visuel : 35 000 $ y seront consacrés.

Le projet de centre commercial dans le secteur Vieux-Shawbridge, en face du restaurant Merci la Vie, suit son cours; nous apprenons que cinq espaces commerciaux y sont projetés.

Questions du public

Monsieur  Leckman qui se présente comme candidat dans le district no 1 sous la bannière de monsieur Paul Germain, demande à monsieur Richer que la rue des Champs située dans le secteur Place Lesage soit enfin restaurée, promesse qui avait été faite il y a quelques années.

Monsieur Normand Bélanger, du Clos St-Urbain, réclame à monsieur le maire que la Ville oblige les développeurs et promoteurs à respecter le règlement sur la coupe des gazons et herbages dans le secteur des Clos.

Mme Myriam Dandurand, rue Mozart, se demande pourquoi le dossier de APL, coin 117 et Mozart (ancien projet du restaurant McDonald), est encore sur la table du conseil. Monsieur Richer répond que la Ville est mandataire des citoyens, des promoteurs et qu’un projet peut être modifié à volonté et resoumis à la table du Conseil.

Monsieur Patrick Boutin ainsi qu’un certain monsieur Bélair propriétaires aux 1291 et 1290 de la rue du Nord déplorent l’inefficacité du réseau pluvial en face de leurs résidences et demandent une solution permanente à ce problème.

Monsieur Maxime Moreau, qui se présente comme candidat dans le district six dans l’équipe de madame Durand, questionne le maire sur la possibilité d’utiliser des distributeurs Internet indépendants pour avoir des services dignes de 2017. Pour monsieur Richer, la seule solution possible pour lui est Bell Canada.

Monsieur Paul Germain a exprimé son inquiétude sur la globalisation des contrats pour le déneigement des routes, bornes-fontaines et édifices municipaux qui pourrait avoir une incidence sur la qualité des services qui seront offerts et avance qu’on pourrait faire face à un appel d’offres ciblé. Ce citoyen s’interroge aussi sur les craintes manifestées concernant la sécurité d’un terrain de soccer synthétique. Monsieur Richer était déjà sensibilisé à la question et indique que le tout est à l’étude.

Mme Nicole Durand s’enquiert sur la procédure suivie pour la vérification des bornes-fontaines; monsieur Martin, directeur général de la Ville, répondit que le tout est fait périodiquement par cinq personnes qualifiées au service de la Ville ainsi que les vannes de rue.

Pour clore, le conseiller du district trois, Michel Morin, et membre de l’équipe de monsieur Paul Germain, mentionne qu’il souhaiterait une politique qui se voudrait plus austère sur les dépenses encourues par Prévost.

Imprimer