Accès restreint sur les SOMAEU

Jordan Dupuis
Jordan Dupuis

Les derniers articles par Jordan Dupuis (tout voir)

L’Accès aux données sur les usines d’épuration, retreint par le gouvernement

Jordan Dupuis – Les citoyens et organismes n’ont plus accès aux données des rapports mensuels que fournissait le gouvernement par rapport à la performance des stations d’épuration au Québec. Le Journal s’est donc penché sur la question afin d’obtenir plus d’informations à savoir si tous y auront accès de nouveau.

Depuis le 1er avril 2017, le ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDE LCC), a retiré l’accès aux données concernant le suivi des ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées (SOMAEU). C’est notamment ce que l’on peut lire dans un article du Devoir « Québec verrouille l’accès aux données sur les eaux usées » (par Alexandre Shields, paru le 22 mars dernier). N’étant toujours pas disponibles pour consultation par les 40 organismes de bassins versants, ces données leur permettaient notamment de consulter la performance de chaque station d’épuration des eaux usées, d’avoir toutes les informations sur la durée et le nombre de débordement aux ouvrages de surverse, en plus d’avoir les résultats d’analyse des eaux qui étaient rejetées dans les cours d’eau aux stations d’épuration, et ce, à tous les mois de l’année. Toutes ces données permettaient à ces acteurs de dresser un bilan de l’état des cours d’eau en ciblant les sources principales de surverses pour être capables d’agir en conséquence en accompagnant les Municipalités à remédier aux problèmes. Depuis le 1er avril, c’est plutôt les « exploitants municipaux assujettis au règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées et les employés du MDDELCC » qui ont gardé un accès à ces données, nous répond le Ministère lorsque questionné à cet effet.

Son de cloche de Fondation Rivière

M. Alain Saladzius, président de Fondation Rivière, se désole du fait que le Ministère a coupé ce partage d’informations avec la population et les organismes, « il plonge ces organismes dans le noir », nous dit-il. Il devient très difficile maintenant de faire le suivi de l’état des rivières, rajoute-t-il. D’autant plus, « on assiste actuellement à un démantèlement des services gouvernementaux en environnement (coupures de postes et de budgets, réduction des mandats des fonctionnaires, etc.) qui restreint énormément les possibilités d’intervention des ministères » peut-on lire sur le site internet de la fondation.

L’article du Devoir nous informe également qu’en plus d’avoir restreint l’accès aux données, le gouvernement a également supprimé les anciennes données des années précédentes. Ceci a forcé plusieurs organismes comme Abrinord à s’empresser de sauvegarder les données avant qu’elles ne disparaissent pour de bon. Toutefois, le Journal a pu constater que les données de 2001 à 2013 sont accessibles sur le site internet du ministère du Déve-loppement durable, de l’Environne-ment et de la Lutte contre les changements climatiques à l’adresse suivante www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/ eaux-usees/domest-communautaire-municipal.htm#suivi. Il semble bien qu’elles aient migré du site du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMROT) vers le site du ministère de l’Environnement.

Les données SOMAEU bientôt disponibles ?

Dans un récent échange avec le Ministère, ce dernier nous informe que « les sommaires annuels des rejets des stations d’épuration et des ouvrages de surverses des municipalités seront diffusés sur le site Web du Ministère à l’aide d’un Atlas interactif. Celui-ci permettra de consulter de façon interactive la localisation des stations d’épuration et des ouvrages de surverses, ainsi qu’un sommaire de la performance annuelle de chacune des stations (conformité, charges et concentrations des contaminants rejetés, nombre de débordements, etc.) ». Par contre, aucune date ne nous a été confirmée pour l’instant, car cet Atlas est en cours de développement au Ministère, nous dit-on. Pour l’instant, les gens peuvent toujours consulter les résultats d’échantillonnage de la qualité de l’eau de la région des Laurentides que publie mensuellement Abrinord sur son site internet.

Imprimer