Franc-Parler à SADL

Photo: M. Mulcair
Un franc parlé entre candidats et citoyensPhoto: M. Mulcair Un franc parlé entre candidats et citoyens
Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Une rencontre civilisée et instructive

Jacinthe Laliberté – La démocratie était à l’heure lors de la rencontre Franc-parler qui fut tenue le 22 octobre entre citoyens et candidats à l’élection municipale. Deux aspirantes à la mairie et onze candidats aux postes de conseillers ont répondu aux questions des citoyens présents en grand nombre au Centre communautaire de Sainte-Anne-des-Lacs. Trois étaient absents : Luce Lépine de l’équipe Monique Laroche et deux indépendants, Sylvain Charron du district #1 et André Lavallée du district #5.

Un Franc-Parler où une équipe composée de plusieurs conseillers sortants côtoyait un bon nombre d’indépendants. Un Franc-Parler civilisé, respectueux des règles établies par Jeanne Kavanagh qui a dirigé la rencontre de main de maître.

« Indépendant » pourquoi?

« Se présenter à la mairie comme indépendante lui permettra de mieux représenter les citoyens ». Telle fut la réponse de Andrée Cousineau à un citoyen qui, dès le début, a interpellé, à ce sujet, les candidats concernés.

Sylvain Harvey sollicitant un 5e mandat et John Dalzell, nouveau candidat, ont prétendu avoir, comme indépendant, une plus grande liberté d’action. M. Vaillancourt, de l’équipe M.-Laroche, a voulu démystifier cette notion d’indépendance en dépeignant le déroulement d’un conseil municipal où chacun exerce son droit de parole : « Peu importe le statut, ça ne change rien. »

Communiquer ou consulter

Communiquer pour mieux consulter ou consulter afin de communiquer, on s’y perdait quelque peu. Des précisions furent demandées, à plusieurs reprises, par des citoyens, aux candidats qui en avaient fait leur priorité.

La bibliothèque, l’enjeu de la rencontre

La bibliothèque, sujet très préoccupant pour les citoyens et où les avis étaient très partagés.

Une nouvelle bâtisse? Non, pour Andrée Cousineau : « La grandeur est suffisante. Ça ne doit pas être un entrepôt, mais la bâtisse a, effectivement, besoin d’être rénovée ». Normand Lamarche, de l’équipe Monique Laroche spécifia qu’agrandir un bâtiment dont la dimension ne répond pas aux normes gouvernementales serait plus dispendieux que de bâtir.

Infrastructure importante, voire nécessaire pour une municipalité de 3 770 habitants? Une bénévole de la bibliothèque mentionne que 30 % de la population ont une carte active. Suggestion de la part de Sylvain Harvey: « Faire vivre le Centre communautaire en utilisant des salles pour l’heure du conte, par exemple ce qui serait une extension de la bibliothèque ». Monique Laroche précisa l’importance du projet pour les enfants vu l’arrivée de jeunes familles.

Finalement, le budget!

Le taux de taxation : 0,649 %; l’augmentation des taxes au cours des dernières années : en moyenne, 1,25 %; la dette : 3,2 millions.

Selon les calculs de Serge Grégoire, la dette réelle est de 1 million puisqu’il faut considérer que le 2/3 de la dette sera remboursé par le gouvernement (caserne) et par des prêts spéciaux aux citoyens (chemins privés). Celui-ci confirme qu’il y a, effectivement, une possibilité d’augmenter la dette dans les prochaines années malgré le surplus de 1 million selon les décisions prises en lien avec les infrastructures d’où l’importance, selon John Dalzell, de se pencher sur le financement.

Autre sujet

Quelques commentaires concernant le parc Irénée-Benoît dont celui d’une citoyenne : « Les habitants de notre Municipalité ne peuvent pas tous s’offrir une maison sur le bord d’un lac. Ils ont le droit, au même titre que les riverains, de bénéficier d’une petite baignade de temps en temps. » À ceci, Monique Laroche répond : « Des accès aux lacs auraient dû être donnés et ce, il y a bien longtemps. »

Possibilité de suivre le dévoilement des résultats, d’heure en heure, sur le site de la Municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs.

Imprimer