Vive les feuilles mortes

Photo : Diane Brault; Photo prise dans une rue de Prévost - Nos feuilles se décomposent là où elles tombent, c’est ce que la nature préfère. Trop souvent, pensant bien faire, nous intervenons mais nuisons aux processus extrêmement complexes de la nature, et nous perdons des plantes. Aux beaux jours du printemps, il est remarquable que la plupart des feuillages au sol aient presque tous disparu de façon naturelle, sans intervention humaine…Photo : Diane Brault; Photo prise dans une rue de Prévost - Nos feuilles se décomposent là où elles tombent, c’est ce que la nature préfère. Trop souvent, pensant bien faire, nous intervenons mais nuisons aux processus extrêmement complexes de la nature, et nous perdons des plantes. Aux beaux jours du printemps, il est remarquable que la plupart des feuillages au sol aient presque tous disparu de façon naturelle, sans intervention humaine…
Diane Brault
Diane Brault

Les derniers articles par Diane Brault (tout voir)

Opinion sur les sacs de feuilles mis au chemin

Diane Brault – Très souvent, ce que nous enlevons à la nature nous est remis en contraintes financières et en difficultés environnementales alors que la nature a sa propre façon écologique de s’occuper de la matière. La nature réintègre tout de façon douce et silencieuse et nous offre ainsi la possibilité de devenir oisif et contemplatif jusqu’à l’hiver. Pourquoi alors se fatiguer à faire « du ménage à l’extérieure de la maison » ?

N’est-il pas triste de voir les feuilles mortes, véritable richesse essentielle aux arbres qui les ont mises au monde au dernier printemps, se faire mettre aux ordures à l’automne ? Le ramassage et le traitement de toute cette précieuse matière organique que sont les feuilles, deviennent des actes onéreux pour la nature et pour les contribuables que nous sommes, car il y a des coûts associés au ramassage ou au compostage municipal.

Si nous laissons la nature s’occuper de nos terrains, nous comprendrons qu’elle nous amènera à nous situer à nouveau dans le cycle lent des saisons. La nature travaille à partir de ce que les anciens et les amérindiens appelaient « les longs cycles de la vie et de la reproduction ». Elle a son propre plan personnel et non commercial de préparation à la survie et de protection de la flore et de la faune. Que nos plantes et nos arbres survivent à l’hiver et qu’ils puissent pousser au printemps, n’est-ce pas ce que nous souhaitons tous. Le compostage naturel à la surface du sol des différents feuillages, c’est la stratégie principale de la nature depuis des millénaires, car les feuillages, qui restent au sol, protégeront les plantes contre le froid, abriteront les insectes bénéfiques et enrichiront le sol (engrais 100 % bio).

Imprimer