Déjeuner avec les élus

Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Une première rencontre réussie

Valérie LépineC’est le 9 décembre dernier qu’a eu lieu le tout premier déjeuner avec les élus à Prévost. Une rencontre qui a permis aux citoyens d’échanger avec leurs conseillers de façon informelle et décontractée.

Plus d’une vingtaine de personnes ont répondu à l’invitation d’un déjeuner-causerie du maire Paul Germain et de ses conseillers le samedi matin 9 décembre. La salle de réunion de l’hôtel de ville a servi pour l’occasion de lieu d’échange informel. Pour conserver l’esprit de la rencontre, M. Germain a même tenu à ne pas s’asseoir derrière un bureau; il a plutôt opté de se jucher un petit escabeau pour être certain d’être bien vu des citoyens présents.

Retour sur la première assemblée du Conseil

La réunion a débuté avec un retour de M. Germain sur la première assemblée du nouveau Conseil en novembre. Il a alors répondu aux questions auxquelles il n’avait pu répondre lors de cette assemblée. Paul Germain a entre autres affirmé que le Conseil allait s’occuper de façon prioritaire de la question de l’internet haute vitesse dans les zones de la municipalité qui n’ont pas encore accès à ce service. Pour répondre à une question de Jean-Guy Joubert sur le montant imposé par la Ville à Rogers pour sa tour de communication, le maire a déclaré que Prévost exige un montant similaire à ce qui est exigé dans d’autres villes, soit 875 $/mois.

Échos de la MRC

M. Germain tenait aussi à parler de certaines questions liées à la MRC. Il a entre autres expliqué pourquoi la quote-part de la municipalité allait augmenter de 59,3 % en 2018, soit 200 000 $ de plus que cette année. Cette augmentation serait due entre autres aux coûts supplémentaires liés au train de banlieue et à des appropriations d’excédents budgétaires.

Terrain de soccer

Le maire et le conseiller Joey Leckman ont brièvement abordé le sujet de la réfection du terrain de soccer près de l’école Champ-Fleuri. Ils ont dit qu’ils voulaient bénéficier de la subvention du gouvernement pour faire ces travaux et qu’après réflexion, la surface synthétique serait probablement privilégiée puisqu’elle offre de nombreux avantages (prolongement de la saison de jeu, avantages conséquents pour la santé, etc.) Le fait qu’une telle surface crée un îlot de chaleur pourrait être mitigé par la plantation d’arbres. La toxicité des matériaux synthétiques ne serait par ailleurs pas aussi grande qu’on aurait pu le croire.

Questions des citoyens

La deuxième partie de la rencontre a été consacrée aux questions de citoyens. Voici brièvement les sujets abordés :

–    Plainte au sujet du bruit incessant de la 15 et de la 117. Le Conseil aurait un projet de plantation d’arbres pour mitiger le bruit.

–    Demande d’aide concernant les problèmes de son lors des projections du Ciné-Club de Prévost.

–    Demande à l’effet que le directeur général, M. Martin, parle directement au micro lors des séances du Conseil.

–    Plusieurs interventions au sujet de la vitesse dans les rues. Le maire a dit avoir constaté que cette problématique revenait souvent lors de ses échanges pré-électoraux et qu’il considérait que c’était un enjeu prioritaire.

–    Question au sujet du projet pilote du transport en commun avec un arrêt au Tim Horton de Prévost. La citoyenne demande si le projet sera reconduit et s’il serait possible de sécuriser l’arrêt d’autobus. Le maire a répondu que sa vision était de le maintenir et a pris note du problème de l’arrêt.

–    La question des logements adaptés aux personnes âgées a été abordée en même temps que la nécessité d’avoir une maison des Jeunes.

–    Intervention quant au problème de ramassage d’ordures dans le secteur de la montée Sainte-Thérèse.

Plusieurs fois durant la période de questions, les élus ont manifesté le désir de créer des comités de quartier qui pourraient favoriser à la fois l’esprit de communauté, les communications avec la Ville et la résolution des problèmes. Ils ont aussi manifesté leur intention de diminuer les interdictions imposées par la Ville.

À noter que M. Germain s’est efforcé tout au long de la rencontre de bien vulgariser ses explications et de présenter clairement ses propos. « Je transmets ce que j’apprends », a-t-il affirmé au Journal.

La rencontre s’est terminée vers midi et tout juste avant la fin, Paul Germain a demandé aux personnes présentes si elle avaient aimé la formule et voulaient qu’il y ait d’autres rencontres. Un oui majoritaire a fait écho à ses questions.

Après la rencontre, le maire a affirmé au Journal qu’il était « heureux » de la rencontre et qu’il considérait qu’elle avait été un succès.

Imprimer