Club de lecture

Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Louis Erdrich : Romancière de la filiation et de la culture autochtone

Valérie Lépine« Parfois le ciel tout entier était cerné de points filants et de fronces lumineuses se rassemblant et retombant, palpitant, perdant leur éclat, avec la régularité de la respiration. D’un seul bloc. Comme si le ciel était un système nerveux que nos pensées et nos souvenirs parcouraient. Comme si le ciel était une gigantesque mémoire pour nous tous. Ou une salle de bal. Et que toutes les âmes errantes du monde y dansaient. »

Cet extrait, tiré du roman Love medecine de Louise Erdrich, a été choisi parce qu’il montre d’abord comment l’auteure parsème ses œuvres d’élans poétiques. Ces lignes contiennent aussi les thèmes chers à l’auteur : la mémoire, la communauté, la filiation et les légendes.

Les thèmes récurrents de l’œuvre de Louise Erdrich peuvent clairement s’expliquer par ses origines. Née d’un père de souche allemande et d’une mère aux racines autochtone et française, Louise Erdrich a vécu au Minnesota. Elle est membre de la nation chippewa et est propriétaire d’une librairie qui se spécialise dans la littérature autochtone. La préservation de la culture autochtone est au centre de ses préoccupations. Celles-ci semblent avoir inspiré tous ses livres.

Les romans de Louise Erdrich mettent souvent en scène des personnages autochtones, vivant dans des réserves du Minnesota ou du Dakota et étant aux prises avec des problèmes impliquant le sens de la communauté, du métissage, de la filiation. Les femmes y jouent un rôle crucial. Le catholicisme et ses valeurs y font aussi quelques apparitions. Le fil de ses récits est parfois tissé de légendes autochtones, ce qui peut parfois leur donner une couleur surnaturelle, magique.

Louise Erdrich aime mettre en scène plusieurs personnages. Ses récits soulignent des liens familiaux qui les unissent, leurs différends, leur culture et leurs regards sur la vie. La structure de ses romans suit la complexité des liens qui existent dans une communauté. Ses constructions romanesques sinueuses peuvent parfois rendre ardue la lecture de ses livres.

L’auteure pose un regard bienveillant sur ses personnages et ne prend pas position face à leurs conflits. Son style détaché pourrait ainsi être interprété non pas comme de la froideur mais plutôt comme un grand respect et une certaine curiosité face aux protagonistes qu’elle crée.

Erdrich a publié une trentaine de romans depuis 1984. Elle écrit aussi de la poésie et des livres pour la jeunesse. Elle est considérée comme une des figures emblématiques du courant littéraire appelé Native American Renaissance aux États-Unis.

Imprimer