Persévérance scolaire

Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

« Vos gestes, un + pour leur réussite »

Jacinthe Laliberté – La persévérance scolaire ne devrait pas être un simple hyperlien branché directement à la réussite scolaire de nos jeunes, mais plutôt une prolongation de celle-ci. La thématique de 2018, « Vos gestes un + pour leur réussite », évoque l’importance d’y adhérer.

Cette année, les Journées de la persévérance scolaire (JPS) se sont déroulées du 12 au 16 février 2018. Le coup d’envoi de cette campagne, sous l’égide de la MRC des Pays-d’en-Haut, fut donné par les Partenaires pour la réussite éducative dans les Laurentides (PREL) et eut lieu, le 13 février dernier, à l’hôtel de ville de Piedmont.

Étaient présents, dans un souci de partage et de collaboration, des représentants de la commission scolaire des Laurentides ainsi que des membres du conseil jeunesse des Pays-d’en-Haut. Ils portaient tous fièrement le ruban vert et blanc, expression de l’engagement envers nos jeunes.

M. André Genest, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, s’exprima au nom des maires des municipalités en soulignant l’importance de l’implication des dirigeants municipaux. Comme il l’a souligné : « Les élus font partie de l’équation ».

D’ailleurs, une liste de petites actions à réaliser dans chacune des municipalités a été envoyée aux maires tels organiser des rencontres entre les élus et des jeunes de la municipalité, instaurer un conseil jeunesse ou inviter des jeunes à venir observer le déroulement d’un conseil municipal.

Au cours d’une brève présentation, Mme Annie Grand-Mourcel, directrice générale du PREL, présenta les orientations de la campagne ainsi que les résultats d’un sondage national sur le décrochage scolaire fait auprès des jeunes, sondage d’ailleurs très révélateur.

Ressort de cette enquête que 29 % des jeunes considérés comme vulnérables affirment avoir commencé à penser au décrochage scolaire vers l’âge de 13 ou 14 ans. Un constat inquiétant puisque cette problématique touche de plus en plus d’enfants du primaire. Une réalité déconcertante !

Mme Sylvie Laganière, vice-présidente de la Commission scolaire des Laurentides était fière de souligner l’augmentation du taux de diplomation des jeunes du secondaire de la commission scolaire. D’après elle, chaque action posée fait une différence et conséquemment, le partenariat devient un élément essentiel à l’obtention de résultats positifs.

Pour terminer sur un ton créatif et prometteur, Mme Élise Lamarche, vice-présidente du conseil jeunesse et directrice générale du Carrefour jeunesse emploi, annonça les projets locaux. Le projet en lecture « S’unir pour lire », le plus important, dont le budget de 39 502 $ alloué en 2016-2017 est, de nouveau, reconduit en 2017-2018. La lecture est à la base de la réussite puisque rejoignant une clientèle de 0 à 20 ans. Elle souligna la portée des autres petits projets de la programmation 2017-2018 dont « La Traverse » pour la mise en place de mentorat (soutien personnalisé à chaque décrocheur) et l’« Aide à l’apprentissage » (accompagnement pour l’aide aux devoirs).

Une invitation fut lancée à tous les citoyens à poser un petit geste bien simple tel lire un livre à un enfant, l’aider à ses devoirs, s’intéresser aux travaux scolaires d’un adolescent. Ces petits gestes posés, tout au long de l’année, pourraient faire une grande différence.

Imprimer