Échos du conseil de Ville de Piedmont

Assemblée régulière du 3 avril 2018, à 19 h.

Louise Guertin

Protection et accès aux sentiers

Le Conseil des maires de la MRC a adopté une politique de protection et d’accès aux sentiers en octobre 2017. Le Journal a voulu connaître les orientations de Piedmont en rapport à cette politique. La réserve Alfred Kelly est un territoire protégé, des sentiers patrimoniaux sont également à protéger, certains sur des terrains visés par des projets domiciliaires. Est-ce que Piedmont pourrait envisager de proposer aux développeurs d’intégrer la préservation de sentiers existants ou d’inclure de nouveaux sentiers dans leurs projets de construction ?

Mme Nathalie Rochon a indiqué que la mobilité active est l’un des objectifs poursuivis par son administration, le but étant de relier tous les secteurs de la municipalité par des sentiers ou des pistes. La mairesse a indiqué que l’on examine les options pour relier le projet de la Ferme Lufty (dont la construction débuterait sous peu) aux secteurs des Cascadelles et à l’ancien site des Cascades d’eau. La tâche de pérenniser certains sentiers incombe à la directrice générale Mme Asselin, responsable des ententes avec les propriétaires.

Trois projets domiciliaires majeurs à venir pourraient-ils inclure la protection et la création de sentiers ou de pistes. Mme Rochon s’est bornée à citer la règle (lors de lotissement) obligeant le développeur à céder une superficie de terrain (pas nécessairement contigu) ou de faire un paiement en argent au fonds parcs et espaces naturels équivalents à 10 % de la valeur du terrain. Depuis quelques années, l’argent ainsi amassé a été utilisé par Piedmont au profit, principalement, du parc Gilbert Aubin.

Exemple d’application du 10 % : en septembre dernier, le Conseil précédent a entériné l’entente de contribution pour le projet du Domaine Lufty; la Municipalité a accepté une remise de 1 156,6 m2 (12 449 pi2) et la somme de 85 905 $.

Le plan d’urbanisme de Piedmont décrit l’affectation résidentielle (point 4.1) devant « favoriser le développement et l’aménagement du caractère champêtre du territoire », pour laquelle « l’objectif d’intégrer les usages avec le milieu naturel prend tout son sens. » Une question en appelle une autre, est-ce que les politiques de préservation des sentiers appliquées à Piedmont et celle d’un paiement de 10 % par les développeurs suffisent à préserver l’aspect « champêtre » ?

Protection des milieux humides

Que fait la Municipalité pour protéger les milieux humides et empêcher la construction d’édifices sur un sol mal adapté ou protégé. Selon Mme Rochon les milieux humides sont déjà identifiés, ajoutant que les arpenteurs ont l’obligation d’identifier de tels lieux lors du dépôt de leurs plans.

À l’intersection Beaulne et des Galets, une affiche « à vendre » suggère des options de développement permettant de croire à une densification du secteur. Est-ce que ce développement se fera ? La mairesse a répondu qu’il y a deux terrains à vendre et, c’est connu, un ruisseau court à cet endroit. Toutes les op-tions proposées sur l’affiche ne sont donc pas réalisables. Mme Rochon a ajouté que Mme Caroline Bertrand, biologiste et inspectrice en environnement a pour priorité l’été de vérifier les bandes riveraines.

Protection des berges

À une question sur la protection des berges de la rivière du Nord, Mme Rochon a expliqué que la Municipalité est en attente d’une réponse pour une demande de subvention faite à Hydro-Québec afin de trouver la meilleure solution pour l’aménagement des berges à l’emplacement du Parc chemin du Pont. Le projet vise l’élaboration de trois options comme base à une consultation ultérieure auprès des citoyens.

Il est trop tôt pour savoir si la rivière débordera comme l’an passé au parc Gilbert Aubin. Mme Rochon a indiqué que l’équipe des travaux publics a enlevé de la neige par mesure préventive.

Contrats

Suite à l’affirmation d’Éco-sports que le système électrique installé au parc Gilbert Aubin par la Municipalité n’est pas adéquat pour ses besoins, l’administration a donné un mandat à la firme SBA ingénieur conseil (3 000 $ plus taxes) afin d’évaluer l’installation électrique actuelle et faire des recommandations.

États financiers 2017

L’administration a déposé les états financiers 2017, qui se termine avec un surplus de 535 267 $, dont 378 900 $ sont réservés à des dépenses qui seront faites en 2018 : pour le pavage (168 000 $) et 100 000 $ réservé à l’aménagement du parc Gilbert Aubin.

Imprimer