Échos du conseil municipal de Piedmont

Louise Guertin
Louise Guertin

Les derniers articles par Louise Guertin (tout voir)

Louise Guertin – Assemblées régulières et extraordinaires, décembre 2018 – En décembre, le Conseil a tenu l’assemblée régulière le 3, suivie le 10 de deux assemblées extraordinaires dont celle consacrée au budget 2019. Cette chronique se concentre sur le budget. Le Conseil a approuvé une hausse du compte de taxes pour une majorité de contribuables : une augmentation des dépenses de 6,6 % qui se traduit par une augmentation moyenne de 4,7 % du compte de taxes. Cette hausse variera grandement d’une propriété à l’autre.

Orientations

Les faits : le rôle d’évaluation 2019 à 2021 augmente en moyenne de 4,7 %; le budget 2019 augmente de 6,6 % et il y aura un gel du taux de taxes foncières (0,553 2 $ / 100 $).

La mairesse, Mme Rochon a déclaré : « Avec ce budget, nous nous assurons d’obtenir un équilibre entre les investissements dans nos infrastructures d’aqueduc et d’égouts vieillissantes et répondre aux besoins de la population. Le budget reflète nos engagements, c’est-à-dire offrir des services de qualité aux citoyens tout en respectant leur capacité de payer. Il témoigne de notre désir d’en faire plus en terme de développement durable. » Elle a ajouté que la hausse de la valeur foncière était une bonne nouvelle pour la revente et donc, du gain futur anticipé pour les propriétaires.

Augmentation du compte de taxes

À court terme, les décisions budgétaires auront des conséquences inégales sur le compte de taxes des citoyens. Certains auront une légère augmentation, d’autres plus salées. Ainsi, un citoyen qui était présent lors du dévoilement du budget a expliqué au Journal que l’augmentation de sa propriété se chiffre à 10 %, hausse qu’il entend contester.

À titre d’exemple, ce propriétaire recevra un compte avec une hausse de 10 % de la taxe foncière liée à la valeur de sa propriété; il vit dans un secteur avec service d’aqueduc et d’égouts, il faut ajouter une augmentation de 20 $ (+19 %) pour la taxe d’eau qui passe pour les résidences de 105 $ à 125 $ et une augmentation de la taxe d’égouts de 185 $ à 195 $ ou de 5,4 %. C’est exagéré pour ce propriétaire. Cet homme qui vit dans un secteur où des problèmes ont été signalés récemment s’est dit inquiet de ne pouvoir récupérer le prix d’achat de sa propriété lors de la revente.

Croissance de 6,6 % des dépenses

Mme Rochon a justifié la hausse du budget par une augmentation importante des coûts « de nos différents partenaires comme la SQ, le service incendie et la MRC avec le terrain de soccer synthétique et le complexe sportif qu’on commence à payer en 2019. »  Elle ajoute, « en ce qui a trait aux services, nous avons une hausse de 20 $ et 10 $ pour les services d’aqueduc et d’égouts et un nouveau fonds d’infrastructures d’urgence sera créé. »

Le 13 décembre, le Gouvernement Legault a limité à 3 % l’augmentation de la facture de la SQ pour les villes (et donc moindre que 7 % prévu au budget). Le nouveau service de premiers répondants explique en partie l’augmentation du Service incendie de 46 200 $ ou 11,5 %. Le terrain de soccer coûte 11 980 $ et celui du complexe sportif pour 2019, 27 189 $.

Hausses significatives

L’analyse du budget montre une hausse significative des ressources humaines. La masse salariale passera de 2 286 850 $ à 2 532 835 $, un ajout de 245 985 $ ou 10,8 %. La hausse inclut la négociation prévue en 2019 des conventions collectives, l’augmentation de rémunération des élus et à l’ajout de quatre postes : technicien juridique, coordonnateur aux loisirs (poste temporaire), directeur adjoint aux Travaux publics et un journalier. Le coût du Conseil municipal augmente de 20,5 % ou 48 593 $ pour un coût total de 238 975 $.

Le 3 décembre, le Conseil a approuvé un règlement régissant la hausse salariale des élus qui se fera automatiquement, selon l’augmentation négociée des conventions collectives. La mairesse a rejeté l’idée que ce règlement présentait un conflit d’intérêts en disant que la nouvelle Loi leur permet de le faire. C’est le Conseil qui approuve le cadre des négociations.

On prévoit un emprunt de 585 000 $ payé par tous les contribuables. De ce montant 225 000 $ seront alloués au remplacement d’une conduite d’aqueduc boul. des Laurentides (les autres projets de ce type seront payés par les propriétaires desservis et des subventions). À ce projet, s’ajoute un coût de 25 000 $ pour le surdimensionnement de la conduite nécessaire à la partie commerciale du projet Lutfy, défrayé par le promoteur. On emprunte également 360 000 $ pour l’achat d’un tracteur chargeur pour les travaux d’entretien des rues pour les projets à venir, soit le Havre des Falaises (Sylco) et le domaine de la Ferme Lutfy.

L’avenir

Mme Rochon a annoncé que « quatre importants projets débuteront en 2019, que d’ici cinq ans nous procéderons à un développement de 20 à 25 % de notre Municipalité. »  Elle a indiqué à plusieurs reprises dans les derniers mois que son Conseil désirait développer davantage le parc Gilbert Aubin (à 95 % inondable), construire un centre communautaire et répondre au besoin d’agrandir l’hôtel de ville. Aucune indication à cet effet n’est incluse au budget triennal des immobilisations. À cela, il faudrait prévoir la mise aux normes de l’usine de traitement des eaux usées qui répond mal aux besoins actuels, pas du tout aux besoins futurs. C’est sans compter sur l’augmentation prévue de la facture du complexe sportif.

En deux ans, depuis le début du mandat de l’équipe Rochon, le budget a connu une hausse de 9,3 %. C’est bien au-delà de l’indice des prix à la consommation tel que calculé pour l’indexation des régimes des rentes du Québec qui était en 2018 de 1,5 % et sera de 2,3 % en 2019. La prochaine rencontre du Conseil se tiendra le 14 janvier 2019, à 19 h.

Imprimer