Transport collectif à Prévost

Émilie Corbeil

Journaliste stagiaire chez Journal des citoyens

Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Projet d’amélioration de la desserte

Émilie Corbeil – Suite à l’étude de la situation du transport collectif produite par le maire Paul Germain, début janvier, qui exposait l’importance des services de transport en commun ainsi que la nécessaire évaluation de leur rendement au regard de leur coût, la Ville de Prévost souhaite consulter sa population quant aux avenues qui s’offrent à elle pour en assurer la pérennité ainsi que la viabilité économique.

Une analyse des services et des coûts

Il faut savoir que le territoire est desservi par deux services distincts, soit le transport adapté et collectif par taxi et minibus (TAC) de la MRC Rivière-du-Nord et le service d’autobus l’Inter des Laurentides (TACL). L’organisation actuelle des deux services, quoique remplissant certains besoins présentent des contraintes importantes, particulièrement pour les travailleurs et les étudiants, selon un rapport récent commandé par la MRC.

D’après ce rapport, les horaires de passage, les points d’accès et les obligations de réservation mal adaptés seraient peu à même d’inciter ces derniers à prendre le virage du transport en commun, et ce malgré que les besoins en transport soient augmentés du fait que l’offre principale de services (hôpital régional, CLSC, gare intermodale, cégep, université et centres commerciaux) se trouve à Saint-Jérôme.

Du côté du TAC, les usagers doivent s’astreindre à se présenter aux arrêts 30 minutes avant le moment prévu du passage et à réserver leur place la veille de leur réservation et cela pendant les périodes ouvrables. Pour le TACL, hormis les passages relativement peu fréquents, l’obstacle majeur est le fait que les arrêts se limitent aux artères principales, laissant d’importantes zones de la ville sans service. Par ailleurs, son offre de transport vers Saint-Jérôme est limitée et l’hôpital régional n’est pas même desservi.

Au niveau des coûts assumés par la Ville, l’analyse produite par M. Germain nous permet de les estimer à 19,75 $ par passage pour l’Inter et à 5,55 $ par passage pour le TAC, une fois les subventions déduites. Il est également important de préciser qu’une hausse importante des coûts est à prévoir pour le TACL en 2019. Le coût du passage pour la municipalité passerait de 19,75 $ à 24,61 $.

Une solution possible

Suite à une analyse produite par le maire Paul Germain, une solution ressort afin d’améliorer la qualité et le rendement économique du transport collectif. Il s’agirait de cesser d’avoir recours aux services du TACL afin de réaliser des économies estimées entre 85 000 $ et 129 000 $ par année et de modifier la formule actuelle du TAC de telle sorte que les usagers pourraient réserver leur transport seulement une heure d’avance, par téléphone ou via une plateforme internet. C’est la compagnie de taxi elle-même qui serait chargée de la structure de réservation. Des arrêts planifiés seraient établis presque tous les 300 mètres et ce, sur tout le territoire.

Considérant le coût nettement moins élevé de cette nouvelle formule, les économies réalisées par la ville seraient réinvesties dans la construction d’abribus autour de chaque station de boîtes postales. M. Germain espère également y installer des colonnes Morris pour les petites annonces, ainsi que des boîtes croque-livres et croque-objets.

Une consultation à venir

Dans les prochaines semaines, une plateforme de consultation citoyenne devrait être mise en place sur le site web de la municipalité. Les Prévostois seront invités à y donner leur avis sur plusieurs sujets, dont celui du transport en commun. Ils sont également invités à communiquer avec la ville par téléphone ou par courriel afin de faire connaître leur opinion aux élus.

Imprimer