Kongero

Le dimanche 24 février 2019 : Kongero. Anna Larsson, Lotta Andersson, Emma Björling et Anna Wikenius, voix. Choix de chants folkloriques des pays scandinaves. – photo : Serge Pilon
Sylvie Prévost
Sylvie Prévost

Les derniers articles par Sylvie Prévost (tout voir)

Un joyau éblouissant

Sylvie Prévost – Kongero ou comment transformer un maussade après-midi de tempête en cadeau du ciel.

Kongero est un ensemble vocal suédois de musique folklorique des plus connus et il est considéré par plusieurs connaisseurs comme l’un des plus authentiques. Ces quatre jeunes femmes chantent a capella, c’est-à-dire sans accompagnement. Leur répertoire couvre la musique des pays scandinaves – Suède, Danemark, Norvège, Islande, Finlande, avec des incursions du côté russe.

Comment expliquer ce qui s’est produit à ce concert? Comment rendre compte de l’enchantement qui a étreint tous ceux qui y étaient?

Disons d’abord que le sourire, le gracieux sourire qui monte jusqu’aux yeux et qui transparaît dans la voix, était de la partie. Elles sont visiblement ravies de partager leurs trésors et s’en délectent elles-mêmes. Grâce à Dieu, elles renseignent les auditeurs sur le sens des textes, car bien peu d’entre nous peuvent se vanter de comprendre l’une ou l’autre de ces langues. Souvent humoristiques, leurs présentations sont sans prétention et elles sont gentiment prêtes à saisir toutes les occasions d’échanger avec leur auditoire.

Ensuite, la beauté, la pureté des voix est remarquable. On croirait entendre une source pure qui dévale librement une montagne. Elles ont en commun un timbre clair et partagent grosso modo le même registre. En outre, leur justesse est parfaite, ce qui est exceptionnel parmi les ensembles a capella. La mélodie, les contrechants, les échos s’échangent de l’une à l’autre sans qu’on puisse toujours identifier qui s’en charge. Les premières notes des pièces, les plus redoutables dans leur exécution, sont toujours dans le mille et le tempo s’installe sans heurt.

Inventifs dans leur simplicité, les arrangements qu’elles chantent résonnent d’une harmonie unique, à la fois inaccoutumée et fascinante. Elle nous ramène à des racines anciennes, profondément enfouies. Elle chatoie comme une aurore boréale, colle au texte et porte une charge émotive qui ne laisse personne indifférent.

Voilà une découverte qui a enchanté le public et qu’on espère réentendre souvent!

Imprimer