Trio Iberia, airs d’Espagne

Johanne Morin, violon; Michel Beauchamp, guitare; et Julie Trudeau, violoncelle (Photo courtoisie)
admin
admin

Les derniers articles par admin (tout voir)

Un ensemble relativement inusité en nos murs

Sylvie PrévostLe Trio Iberia présente un répertoire espagnol unique, arrangé pour lui et qui couvre environ deux siècles de musique. Deux sentiments semblent prévaloir tout du long : une certaine atmosphère contemplative, volontiers mélancolique, et son contraire, la passion dramatique. On sent partout la misère de vivre à laquelle on fait face avec furie ou à laquelle on succombe.

Fandango échappe à cette généralité. Plein d’humour, l’arrangement souligne de dynamiques étendues une musique marquée par le plaisir. Est-ce parce que Boccherini est italien ? Est-ce parce qu’il s’agit d’une danse populaire ? Est-ce parce que cette danse est transposée pour la cour ? Toujours est-il que les autres pièces, d’inspiration plus proche du peuple sont bien différentes.

Les trois interprètes présentent aussi des contrastes frappants. Le violoncelle est plein de fougue et brille de tous ses feux. Le violon est beaucoup plus tendre, moins énergique, avec une petite tendance à attaquer la note par en-dessous, ce qui est surtout notable dans l’Albeniz. La guitare est difficile à qualifier, car malheureusement, la disposition de l’ensemble la laissait le plus souvent enterrée sous le son des autres instruments.  On aurait bien voulu qu’elle soit plus présente, surtout qu’il s’agit de l’instrument le plus typiquement associé à l’Espagne. De ce fait, les arrangements sont difficiles à apprécier pleinement. Malgré tout, le trio fonctionne bien, les musiciens ont chacun leur heure de gloire et la musique interprétée répond à l’idée qu’on a de la culture espagnole, exception faite de la Danse rituelle du feu, plombée par un tempo lourd et assez loin de l’ardeur qu’on entend habituellement.

Ce fut tout de même un concert bien agréable à entendre qui nous a permis de goûter les contrastes dont l’Espagne semble pétrie.

Michel Beauchamp, guitare; Johanne Morin, violon; Julie Trudeau, violoncelle.

L. Boccherini, Fandango; M. de Falla, Suite populaire espagnole : El paño moruno et Nana Asturiana Polo; A. Albeniz, Granada, Córdoba et Sevilla; M. de Falla, Danse rituelle du feu de El Amor Brujo; M. de Falla, Chanson du feu follet de El Amor Brujo; E. Granados, Arabesca, Orientale et Andaluza; M. de Falla, Farruca de Sombrero de Très Picos; J. Rodrigo, Concierto de Aranjuez, 2e mouvement; M. de Falla, Danse no 1 de La Vida Breve; A. Lara, Granada.

Imprimer