Le cancer serait dans l’eau potable !

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Christian Bordeleau, juillet 2006 – Les organochlorés sont un dérivé des trihalométhanes (THM) qui résulte de la synergie créé par la chloration de l’eau potable. Ces THM sont présentement reconnus comme étant hautement cancérigènes par la plupart des organisations environnementales et médicales. Le gouvernement du Québec reconnaît que cette mutation synergétique est dangereuse pour la santé humaine. Un regard sur votre eau domestique !

«Pour neutraliser les organismes pathogènes présents dans l’eau potable, on effectue une chloration de l’eau. C’est-à-dire que l’on ajoute du chlore jusqu’à un certain niveau pour tuer ces organismes» explique un expert qui désire garder l’anonymat. En effet, la chloration est encore aujourd’hui une des méthodes les plus largement utilisées parce que très peu dispendieuse.

Le problème est que lorsque l’eau à chlorer contient une multitude d’organismes pathogènes, la molécule de chlore se fusionne avec eux pour créer des organochlorés qui seront dès lors en quantité suffisante pour être cancérigènes. Il y a donc un lien à faire entre le niveau de toxicité de l’eau du robinet, influencé directement d’après le taux d’organismes pathogènes avant la chloration. L’importance de lutter contre les coliformes fécaux et les streptocoques n’apparaît que plus «urgente» selon lui.

De plus, lorsque l’on utilise du chlore, des centaines de sous-produits de désinfection peuvent être formés. La composition de l’eau  détermine quels types de sous-produits de désinfection seront formés. L’institut LeenTech affirme que «les trihalométhanes (CHX3) furent parmi les premiers sous-produits de désinfection à être découverts dans l’eau chlorée. Ces substances sont formées durant la désinfection au chlore et la désinfection par des produits chlorées». Le centre de recherche ajoute que «la plupart des recherches ont été effectuées sur les sous-produits de désinfection chlorés à cause de l’utilisation intensive de chlore en tant que désinfectant de l’eau potable».

Les trihalométhanes endommagent le foie, les reins et le système nerveux central des humains consommant de l’eau potable qui a été chlorée. De plus, des maladies comme le Parkinson et la panoplie de problèmes rénaux que l’on connaît pourraient donc être exacerbées par les THM.

Imprimer