Steptocoque, méningite et amputation; une histoire d’horreur !

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Christian Bordeleau, juillet 2006 – Michael Ladouceur a subi l’amputation de ses jambes après qu’une méningite purulente l’eût frappée lorsqu’il avait 8 ans.

Cette forme de méningite purulente est une des formes que peut prendre le streptococcus pneumoniae. Ce pneumocoque est aussi fréquemment responsable d’otites et de sinusites qui peuvent elles aussi évoluer vers des formes de méningites purulentes. Voulez-vous toujours vous baignez dans 120UFC/100ml de streptococcus !

Aujourd’hui, Michael a 16 ans et toute cette histoire est loin derrière lui. Il est un garçon très actif qui occupe un emploi dans une crèmerie de la région de Gatineau. Son employeur n’a d’éloges que pour lui : «Michael est toujours là, il n’est jamais fatigué, il est toujours prêt à faire une heure de plus; c’est un modèle pour les autres jeunes! Si Michael peut le faire tu peux le faire aussi» explique le gérant de l’établissement.

Une histoire qui touche, celle d’un petit garçon qui est courageux dans sa lutte quotidienne avec une vie qui ne sera plus jamais la même. Ce qui a changé sa vie c’est un organisme pathogène. Il y a en dans la rivière du Nord – 120UFC/100ml – et des gens s’y baignent, pratiquent des activités nautiques et procèdent à de la pêche sportive. Qu’attendons-nous pour agir ?

Cannot sur RDN-jpeg

Les normes et les restrictions

Il est à retenir -en vertu des normes québécoises- que plus de 200 UFC/100ml de coliformes fécaux compromettent la baignade et tous les contacts directs avec l’eau polluée et que plus de 1000 UFC/100ml de CF compromettent tous les usages récréatifs (pêche comprises). En Ontario, par contre, on affiche des mises en garde sur les plages lorsque la concentration de coliformes fécaux (Escherichia coli, ou E. coli) dépasse 100UFC/100ml. Alors qu’on estime à moins de 1,5 % le risque de contracter une maladie en se baignant dans des eaux renfermant jusqu’à 200 coliformes fécaux par 100 ml d’eau, jusqu’à cinq personnes sont mortes et des dizaines ont été gravement malades après avoir bu de l’eau contaminé à Walkerton, en Ontario. Il est à noter qu’une simple concentration de 230 unités de coliformes fécaux a suffi pour causer ce drame. L’éclosion survenue à Walkerton a remis en question la sûreté des sources d’eau souterraines qui peuvent être contaminées par les eaux de surface.

Imprimer