Enjeux autochtones
Une femme : deux origines, un combat

Isabelle Neveu

Isabelle Neveu

Isabelle Neveu a débuté son aventure avec le Journal des citoyens en 2006, alors qu’elle était âgée de 11 ans. Pendant plusieurs années, elle a participé activement au Club Ado Média, ce qui lui a permis de développer une réelle passion pour le métier de journaliste. Elle a dès lors entrepris des études dans le domaine des communications et poursuit actuellement ses études à l’UQAM au baccalauréat en journalisme. Isabelle Neveu a réalisé à trois reprises un stage d’été au sein du Journal (2013 à 2015), ce qui lui a permis d’animer à son tour le Club Ado Média ainsi que de contribuer au dossier de la rivière du Nord et de rédiger de nombreux articles. Toujours à l’écoute de ce qui se passe dans sa communauté, elle tente d’informer les lecteurs du Journal au meilleur de ses connaissances.
Isabelle Neveu

À la fois d’origine abénakise et québécoise, Annie O’Bomsawin-Bégin a grandi au Québec, tout en côtoyant la communauté autochtone dont elle fait partie. Aujourd’hui enseignante au Département de philosophie du Cégep de Saint-Jérôme, elle s’intéresse aux différents enjeux autochtones, dont la condition des femmes amérindiennes au Canada. Elle rédige présentement un mémoire de maîtrise sur le féminisme autochtone. 

« Je suis d’abord et avant tout Québécoise, mais depuis quelques années je me questionne davantage sur mon identité autochtone », explique Annie O’Bomsawin-Bégin. Depuis qu’elle a commencé à s’informer sur l’histoire des autochtones au Canada et sur les différentes politiques d’assimilation, elle a développé un grand intérêt pour le sujet. « J’ai l’impression d’être le résultat des politiques d’assimilation. Je ne parle pas l’abénaquis et je ne sens pas chez moi l’identité autochtone aussi forte que mon identité québécoise. Je suis plutôt universitaire et je parle d’abord français », confie l’enseignante.

Dans sa recherche, intitulée Identité, traditions et questions de genre : le cas des peuples autochtones au Canada, elle aborde les mouvements féministes amérindiens, un sujet sur lequel il existe très peu de documentation et dont la majorité des textes est rédigée en anglais.

Le mouvement féministe autochtone a pris de l’ampleur dans les années 70, alors que des femmes amérindiennes ont décidé de dénoncer le caractère patriarcal de la Loi sur les Indiens, qui a été modifiée en 1985. Au départ, cette loi faisait en sorte que, lorsqu’une femme amérindienne se mariait avec un non autochtone, elle perdait son statut. « Elle n’avait alors plus le droit de vivre dans sa communauté, tout comme ses enfants », renchérit Annie O’Bomsawin-Bégin. Pour les hommes, la situation était différente. En effet, lorsqu’un homme se mariait avec une femme « blanche », non seulement il gardait son statut, mais sa femme l’obtenait également.

Un féminisme controversé

Au cours de ses recherches, Annie O’Bomsawin-Bégin a constaté que les mouvements féministes autochtones font l’objet de plusieurs critiques au sein des différentes communautés amérindiennes. Par exemple, le groupe National Indian Brotherhood, l’association autochtone la plus importante au Canada dans les années 70, s’est opposée aux démarches des femmes autochtones qui désiraient faire modifier la Loi sur les Indiens. Le groupe les accusait de participer à la culture coloniale et d’être anti-traditionnels.

« Lorsque l’on parle de féminisme, on parle d’égalité et de droits équivalents entre les hommes et les femmes. Certains autochtones croient que leur peuple n’a jamais vu les choses de cette manière, qu’ils sont plutôt un peuple communautaire et que les questions des droits individuels n’ont jamais fait partie de leurs traditions », souligne le enseignante.

Dans son mémoire, elle souhaite donc expliquer cette opposition entre, d’une part, le désir de préserver les cultures traditionnelles dans un contexte de colonisation et d’injustices historiques et, d’autre part, le questionnement des rapports de genre pour améliorer les conditions de vie des femmes autochtones. Annie O’Bomsawin-Bégin croit qu’un féminisme amérindien est pertinent, voire nécessaire, à l’avenir des nations autochtones au Canada. « Ce féminisme pose de bonnes questions, affirme-t-elle. Qui a l’autorité de déterminer ce qui est traditionnel et ce qui ne l’est pas ?Pourquoi les femmes autochtones sont-elles surreprésentées en terme de violence au Canada ? »

Vers un féminisme « blanc » plus inclusif

Selon Annie O’Bomsawin-Bégin, le féminisme amérindien diffère énormément du féminisme québécois, puisque les luttes se distinguent énormément. « Traditionnellement, le féministe blanc ne se préoccupe pas du tout du sort des femmes autochtones… Les besoins et les réalités ne sont pas les mêmes », soutient-elle.

Toutefois, un nouveau pan de réflexion féministe, que l’on nomme l’intersectionnalité, rend l’enseignante plutôt optimiste. Elle explique que, dans ce discours qui est de plus en plus présent, « Les différentes appartenances sont davantage prises en considération », c’est-à-dire qu’une femme peut faire partie de plusieurs groupes et que ceux-ci peuvent la relier à divers combats. « Ça me donne l’espoir que le féminisme devienne un discours de plus en plus inclusif, dans lequel le discours des femmes autochtones pourrait trouver une place », conclut-elle.

Rappelons que la situation des femmes amérindiennes au Canada est inquiétante. Dans un rapport de la GRC, publié en 2014 et intitulé Femmes autochtones disparues et assassinées : un aperçu opérationnel national, on y apprend que les femmes autochtones sont surreprésentées parmi les femmes disparues et assassinées au Canada. En effet, entre 1980 et 2012, il y aurait eu environ 1 180 cas déclarés à la police. Les groupes féministes autochtones dénoncent donc la violence et l’indifférence que subissent ces femmes.

Imprimer