Stage au Pérou, à Huari
Cuisiner avec les Péruviens

À l’école Virgen de Fatima : animation dans une classe de 1ère année du primaire afin d’expliquer aux élèves l’importance de manger équilibré.
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Philippe Côté 

Si l’on remonte il y a moins d’un an, je n’aurais jamais pensé me retrouver au Pérou, berceau de la culture Inca, pour concrétiser un projet de sensibilisation sur la saine alimentation à 19 ans. Pourtant, je me suis aventuré, le 8 juin dernier, dans une expérience de deux mois et demi qui était plus enrichissante qu’il m’aurait été possible d’imaginer.

Je me suis vite rendu compte que ce voyage était non seulement un projet de sensibilisation, mais aussi une immersion totale dans une nouvelle culture qui m’a permis de diversifier mes capacités personnelles et professionnelles.

Parc de Huari : événement final de notre stage qui est un kiosque de sensibilisation sur la saine alimentation

Parc de Huari : événement final de notre stage qui est un kiosque de sensibilisation sur la saine alimentation

C’est dans le cadre du programme Québec sans Frontières, que sept stagiaires incluant moi-même sommes partis vivre dans la ville de Huari, une communauté de 4000 habitants, où nous avions comme mandat de résoudre partiellement la problématique de l’alimentation non équilibrée en leur apportant des pistes de réflexion. Puisque l’unique route reliant cette petite capitale régionale aux grandes villes du Pérou a été construite il y a moins d’une décennie, l’accès à une vaste gamme de différents produits est nouveau pour la grande majorité des habitants. Toutefois, leur alimentation repose toujours presque uniquement sur le riz, les patates et la viande qui sont les produits les plus populaires, causant une importante carence en vitamines, minéraux et calcium que l’on retrouve dans les fruits, les légumes et les produits laitiers. Ainsi, le taux de diabète et d’obésité dans la région est extrêmement élevé.

Étant Canadiens et étudiants dans différents domaines liés à l’éducation, la gestion et l’alimentation, nous avons pu donner un avis externe par rapport à cet enjeu et proposer des alternatives à la population afin de varier leur repas en encourageant la consommation de fruits, de légumes et de fromage produit localement. C’est avec le temps que nous avons établi un lien de confiance qui nous a permis d’observer de près leur mode de vie pour pouvoir créer des activités de sensibilisation qui respectaient leur réalité.

Philippe Côté lors d'une randonnée pédestre sur le site de ruines pré-Incas

Philippe Côté lors d’une randonnée pédestre sur le site de ruines pré-Incas

En lien avec notre projet, nous avons fait une quinzaine d’ateliers dans des classes de l’école primaire de la ville pour expliquer aux enfants les bénéfices d’avoir une alimentation variée et équilibrée. Également, afin de familiariser les adultes avec des produits différents, nous avons installé un kiosque en plein milieu du parc de Huari. Ce kiosque a permis à de nombreuses familles de goûter à des recettes santé et de leur montrer comment ajouter des fruits et des légumes à leur alimentation de tous les jours. Pour mieux divulguer notre message, nous avons aussi créé une gamme d’outils promotionnels tels qu’une brochure éducative, un calendrier de recettes péruviennes santé, une annonce radio ainsi qu’une murale. Ces outils pourront leur permettre maintenant de trouver par eux-mêmes des alternatives santé et équilibrées pour leurs repas. De plus, nos activités ont tellement plu au centre de santé de la région que celui-ci a repris certaines d’entre elles pour continuer d’éduquer le public sur la diversité alimentaire.

C’est, également, au cours de ces deux mois et demi, que j’ai eu la chance de m’intégrer dans une nouvelle famille avec laquelle j’ai tissé de forts liens. C’est grâce à ces rencontres que je me suis immergé dans la culture péruvienne et que j’ai découvert la richesse de ce peuple. Il va de soi que ce voyage m’a dépaysé, mais je pense que c’est ce même dépaysement qui rend cette aventure aussi formidable. Bien que ce type d’expérience apporte ses hauts et ses bas, il n’en reste pas moins qu’elle m’a permis d’ouvrir davantage les yeux sur le monde qui m’entoure.

Vue de la ville où les stagiaires ont vécu durant 2 mois.

Vue de la ville où les stagiaires ont vécu durant 2 mois.

Imprimer