Fondation DITED

Photo : Michel Fortier
Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

De l’ail local pour Richard

Photo : Michel Fortier; Serge Bouille de la Fondation DITED et Richard Piché du marché IGA.

Photo : Michel Fortier; Serge Bouille de la Fondation DITED et Richard Piché du marché IGA.

Michel Fortier – Une fondation, une terre, de la détermination et des idées, c’est assurément ce qui a motivé Serge Bouillé à demander à Richard Piché du IGA, l’automne dernier : « J’ai une bonne terre agricole, que souhaites-tu que j’y fasse pousser ? » et Richard de répondre : « De l’ail! De l’ail du Québec ! »

Au printemps, Serge s’y mettait et c’est ce que les aventuriers du chemin de la Station, à Prévost peuvent admirer, les couettes enlignées sur la ferme de la Chanterelle. Les fleurs d’ail ont été coupées et vendues, un peu au IGA Piché, le reste au Bourassa de Saint-Sauveur, mais les ails seront acquis par la famille Piché qui pourra, dans quatre semaines, nous offrir un ail véritablement local et artisanal au profit de la Fondation DITED.

Photos : Michel Fortier; Vue sur les champs de la Fondation DITED

Photos : Michel Fortier; Vue sur les champs de la Fondation DITED

Rappelons que La fondation DITED vise l’intégration et la participation sociales de personnes de 21 ans et plus atteintes de déficience intellectuelle (DI) ou de troubles envahissants du développement (TED) qu’on appellera de plus en plus TSA pour trouble du spectre de l’autisme. Le DITED cherche à développer des services pour venir en aide à une population qui est peu desservie par les organismes publics. La première activité qui sera mise en place prendra la forme d’une maison de répit pour les usagers et leur famille. À partir de cette première infrastructure, d’autres services d’hébergements, de stimulation et d’intégration seront développés. La fondation a été accréditée par la ville de Prévost en novembre 2007 et est reconnue comme organisme de bienfaisance. Si l’appui des services de santé se fait toujours attendre, la détermination de Serge Bouille parait inébranlable.

Imprimer