Le plus beau des «festivaux»

Les jeunes avec qui j’ai passé la première partie de mon voyage Aucéane Roux, l’auteure de ces lignes, et Guang Jeong.
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Festival international du film d’animation d’Annecy

Alex Guèvremont – Le 11 juin dernier, j’étais à l’aéroport, je partais seule, pour la première fois pour un aussi long voyage, vers l’Europe. Anxieuse, mais excitée à l’idée de rencontrer sur place deux autres jeunes avec qui j’allais passer la première partie de mon voyage. J’allais passer celle-ci en tant que membre du jury au Festival international du film d’animation d’Annecy. Les villes d’Annecy et Sainte-Thérèse, célébraient leur 30e anniversaire d’amitié, en offrant l’immense chance à trois finissants dans le domaine des arts du Cégep Lionel-Groulx, d’être membre du jury Perspectives, et nous étions les heureux sélectionnés.

En arrivant dans la ville d’Annecy, en plus d’y découvrir un paysage magnifique et un lac turquoise, nous avons été plongés dans l’univers du film d’animation. Un univers que je ne connaissais pas beaucoup, mais que je suis heureuse d’avoir pu découvrir davantage. J’y ai découvert des réalisateurs de talent, plein de créativité, de la diversité… Notre jury couvrait la section Perspectives, c’est-à-dire des court-métrages de nouveaux créateurs, des réalisations provenant de pays en émergence et qui proposaient souvent une perspective intéressante sur le monde d’aujourd’hui. J’ai été ravie et touchée par la sensibilité et la qualité de la vingtaine de court-métrages que nous avons dû juger.

Ce ne fût pas un choix facile; notre jugement était subjectif et basé sur nos expériences personnelles. J’ai alors pris conscience de la difficulté d’être dans la position d’un juge et comment les choix peuvent être déchirants. C’est d’autant plus impressionnant d’avoir à juger des créations professionnelles qui ont pris des semaines, des mois et même des années à réaliser du haut de ses 19 ans et de ses expériences. De plus, les goûts sont hautement et largement discutables, ainsi, si un membre du jury est différent le choix final peut l’être complètement aussi. Pour notre part, la discussion et le consensus furent efficaces, bien que difficiles, et nous nous en sommes sorti sans une égratignure. Puis, lorsque nous avons remis le prix au gagnant, Abhishek Verma pour son film Maacher Jhol (Le Curry de poisson), et que nous avons pu discuter avec lui et comprendre comment ce prix aidera la situation du film d’animation en Inde qui n’est pas soutenu, nous étions davantage heureux de notre choix.

Une fois notre mandat de membre du jury complété, nous avions accès au festival et à toutes sortes de court-métrages et long-métrages. Nous avons ainsi appris la chanson thème par cœur Le plus beau des festivaux, fait des bruits d’animal et d’autres bruits étranges lors de la fermeture des lumières entre deux films pour suivre l’esprit des autres spectateurs. Il semblerait que les spectateurs français ont des drôles d’habitudes au cinéma, ou est-ce seulement la folie d’Annecy ? Peu importe, c’était super !

Un autre avantage d’être membre d’un jury, outre bien entendue l’unique et enrichissante expérience, c’est le traitement royal qui vient avec. Je crois que mes deux autres collègues et moi ne nous y attendions pas. Pour ma part, en tout cas, j’en étais bouche bée ! Nous avons pu aisément profiter de la région d’Annecy et s’en mettre plein les yeux. Une semaine de rêve, dans un petit paradis bordé de montagnes.

Ainsi, j’ai commencé mon voyage par une expérience unique. J’ai aussi commencé dans le luxe, la suite allait alors être différente sur ce plan, mais tout aussi agréable et au combien inoubliable.

Imprimer