Territoire des falaises

Claude Bourque, président du CRPF, à l’entrée de la Réserve Alfred-Kelly – photo :Mathieu Pagé
Mathieu Pagé

Mathieu Pagé

journaliste et photographe chez Journal des citoyens
Étudiant en économie politique au département de Science politique à l'Université de Montréal
Mathieu Pagé

Les derniers articles par Mathieu Pagé (tout voir)

Un bijou à protéger

Mathieu Pagé – Le 3 juillet dernier, le Journal a rencontré Claude Bourque, membre fondateur du Comité régional pour la protection des falaises. M. Bourque nous a présenté le travail du CRPF et le rôle de celui-ci dans la conservation des territoires précieux de la région.

Fondé en 2003, le CRPF a pour mission de protéger la biodiversité et les habitats naturels d’un territoire de 16 km2 divisé dans les municipalités de Prévost, Piedmont et Saint-Hippolyte. M. Bourque nous confirme qu’en 2018, ils en sont à 45 % du 16 km2 de protégé. L’objectif est d’atteindre 60 % d’ici 2020.

« Nous, on veut protéger par acquisition. On négocie avec un propriétaire des terres de gré à gré, on s’entend sur un prix et puis il y a un processus légal qui nous encadre [… ] ». Ce procédé permet au CRPF et à Conservation Nature, qui se partagent la protection du territoire, de garantir celle-ci à perpétuité. »

Le travail du CRPF a aussi été de sensibiliser les citoyens ainsi que les propriétaires terriens à l’importance des territoires à protéger. C’est pourquoi certains des terrains ont été donnés par les propriétaires.

M.Bourque nous confie qu’ils sont présentement dans la production d’un plan de « zonage », pour déterminer quels types d’activité pourront être pratiqués dans les réserves. Il se dit conscient des activités qui étaient pratiquées dans le parc avant, mais que « l’objectif ultime de tout ça […], c’est la conservation des milieux naturels, pour le bénéfice de tout le monde ».

« On est de ceux qui pensent qu’il n’y a rien de mieux qu’une petite marche dans la nature pour relaxer, déstresser, faire des rencontres avec la nature », affirme M. Bourque. C’est justement l’un des atouts majeurs des territoires que le CRPF cherche à protéger. Ils sont accessibles pour tous, peu importe le niveau d’endurance physique. Ce n’est pas un territoire éloigné, il est à la porte de plusieurs des résidents de Prévost.

Implication citoyenne

L’implication des citoyens dans la protection du parc est essentielle. C’est par leur implication que ceux-ci en viennent à comprendre l’importance et la qualité de ces territoires. « C’est notre défi, de continuer à impliquer les usagers […] On ne veut pas être un comité policier […] de toute façon, on ne va nulle part avec cette approche-là », « C’est une approche de partenariat, avec les usagers, mais aussi avec les autres organismes de la région, incluant les villes », affirme Claude Bourque.

L’implication de ceux-ci prend plusieurs formes. Pour les usagers, c’est par les dons, le bénévolat pour l’entretien des sentiers ou la construction de petites structures. Les municipalités ont contribué financièrement mais aussi en prêtant des terrains, comme celui du début de sentier de la Réserve Alfred-Kelly.

Le CRPF organise aussi plusieurs activités pour tous. Au début de l’été ce fût Le Massif et ses animaux. Les 21 et 22 juillet, ils organisent la course Pandora, un parcours de 10 km de 24 h qui est ouvert à tous. Ils organiseront aussi une autre édition du Massif et ses animaux, mais pour l’automne, avec un trajet en forêt avec des animateurs qui expliqueront aux marcheurs les différentes particularités du territoire.

Il travaille aussi sur un guide pour « s’auto-guider », qui sera disponible à la gare. Il y aura huit stations, avec des questions et des jeux. Ce seront des stations pour éduquer les gens sur les intérêts biologiques de la forêt qui les entoure. Une sorte de musée extérieur.

Le CRPF a aussi travaillé avec des écoles primaires pour amener les jeunes en forêt et intégrer cette sortie à leur curriculum scolaire. Depuis trois ans, ils les amènent à pied ou en raquette pour découvrir la flore de la forêt et la faune en pistant les traces de ceux-ci.

C’est ce genre d’initiative qui sert à valoriser le territoire que le CRPF cherche à protéger : les citoyens peuvent y découvrir un bijou de territoire qui est à leur porte, gratuit d’entrée et le lieu d’une faune et d’une flore spectaculaire.

Imprimer