Aménager pour s’approprier

Mathieu Pagé

Mathieu Pagé

journaliste et photographe chez Journal des citoyens
Étudiant en économie politique au département de Science politique à l'Université de Montréal
Mathieu Pagé

Les derniers articles par Mathieu Pagé (tout voir)

Actions municipales qui peuvent être entreprises

 Mathieu PagéIl est indéniable que, sur une dizaine d’années, l’état de la rivière du Nord s’est amélioré. Loin d’être dans un état optimal, il n’empêche que de nouvelles opportunités se présentent pour les municipalités et citoyens pour favoriser son utilisation. Le Journal a discuté avec Paul Germain, maire de Prévost sur les actions municipales qui peuvent être entreprises.

Un aspect important dans la valorisation de la rivière du Nord comme ressource est de favoriser les activités à pratiquer sur celle-ci. Une réalité dont est conscient Paul Germain, maire de Prévost depuis bientôt un an : « Notre philosophie est que nous avons une rivière qui traverse notre municipalité qui est très peu utilisée, c’est une rivière un peu tabou ». Il poursuit en expliquant que ce qui explique qu’elle n’est pas utilisée est son manque d’accès. En effet, le seul accès aménagé pour l’instant est très pentu et sans réelles places de stationnement.

M.Germain nous informe que le projet est d’abord une initiative de Piedmont, auquel Prévost s’est joint avec enthousiasme. « Le projet aura deux axes. Un axe sera de faire une étude de faisabilité d’un projet qui permettrait le canot et kayak entre les villes de Piedmont et Prévost. L’autre sera la prise d’échantillon d’eau pour s’assurer de la qualité de l’eau, et s’il y a des problèmes de qualité d’eau, d’identifier les sources du problème.

«Il y a 50-60 ans, Prévost était reconnue comme une ville où on faisait du ski, mais l’été les gens se baignaient dans la rivière. On a complètement oublié ça. Je ne dis pas qu’on va faire de la baignade à court ou moyen terme, mais il y a moyen de pratiquer des activités nautiques ». Avec des efforts continus, il est plausible de retourner à ce statut.

M.Germain espère aussi que les efforts de Prévost et Piedmont serviront d’exemples aux autres Municipalités sur la rivière. Lorsque interroger sur le dialogue avec les autres Municipalités, M.Germain a dit avoir un très bon dialogue avec la mairesse de Piedmont. Toutefois, il considère avoir du travail à faire à Prévost avant d’entreprendre des discussions avec les autres Municipalités : « Avant de rencontrer mes collègues, il est question de faire le ménage dans notre cour. Tu fais le ménage dans ta cour, ensuite tu vas interpeller tes collègues ».

La Ville de Prévost a prévu pour le printemps 2019 d’aménager deux nouveaux accès à la rivière, un sur la rue Leblanc et l’autre au coin de Sigouin et la 117. Ces accès serviront notamment de descentes pour permettre la mise à l’eau d’embarcation et de lieu pour la pêche urbaine. La Ville de Prévost est aussi dans le processus de s’approprier le parc de la rivière du Nord, qui est actuellement gérer par le Régie du Parc de la rivière du Nord.

Le maire de Prévost se dit ouvert, dans tous les dossiers à une collaboration avec les citoyens ou les entreprises privées pour l’organisation d’activités. Il prend comme exemple la place de la gare de Prévost, où la Ville a recruté un groupe de citoyens pour savoir ce qu’ils désirent avoir sur celle-ci. C’est le même principe pour la rivière du Nord, dans la mesure où l’aménagement d’accès à celle-ci est la première étape vers l’élaboration d’autres projets.

On peut ici prendre l’exemple du circuit de pêche urbaine à Saint-Jérôme, qui selon l’ancien président de la Fondation de l’eau, Ronald Raymond, génère d’importantes retombées pour la région. Selon lui, l’an passé seulement, 14 000 personnes ont pratiqué la pêche à Saint-Jérôme. L’attrait touristique du sport est indéniable. Dans le cas particulier de Saint-Jérôme, la difficulté initiale pour mettre en place le circuit de pêche était le manque d’accès à la rivière.

Pour Paul Germain, il est évident qu’il est nécessaire pour les citoyens de s’approprier la rivière. Les Municipalités peuvent activement contribuer à cela par des efforts d’aménagement et d’amélioration de la qualité de l’eau.

Imprimer