L’économie des Pays-d’en-Haut

Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Résultats des analyses de la situation socio-démographique de la MRC des Pays-d’en-Haut

La tournée 2018 –  Au printemps dernier, deux représentantes du Regroupement des partenaires des Pays-d’en-Haut ont dévoilé, lors d’une tournée des différentes municipalités, les résultats des analyses de la situation socio-démographique de cette MRC. Sur le thème du développement durable, la présentation avait, principalement, pour but d’identifier les priorités locales au niveau social, économique, environnemental et communautaire et de les transmettre aux différentes instances qu’elles soient municipales ou provinciales. (Première partie : Situation démographique MRC des pays-d’en-Haut www.jdc.quebec/2018/09/19/situation-demographique-mrc-pays-den-haut

L’économie

Jacinthe Laliberté – Pour faire suite à l’article sur la situation démographique et socio-économique de la MRC des Pays-d’en-Haut, il devenait indispensable, pour obtenir un regard juste et complet de la situation, de circonscrire tous les facteurs rattachés au développement durable. L’aspect économique étant l’un d’eux, il est sans contredit celui qui peut porter le plus de préjudices et devenir la voie d’entrée des inégalités sociales.

Lors de la présentation de la Tournée 2018, les organisatrices communautaires, Johanne Lavoie et Ève Robinson, ont mentionné que l’économie, dans la MRC des Pays-d’en-Haut, résultait de plusieurs secteurs d’activités, dont l’emploi et le revenu familiale.

L’emploi, un facteur probatoire de l’économie

L’hôtellerie, la restauration et divers services publics sont, selon leurs données, les secteurs les plus développés qui assurent 78 % de la capacité d’embauche.

Or, la municipalité de Sainte-Adèle est un important bassin d’emplois avec son École hôtelière des Laurentides qui offre un programme professionnel aux 300 élèves inscrits chaque année. L’école secondaire Augustin-Norbert-Morin avec ses 1 035 élèves ainsi que le Centre de formation générale des Cimes sont aussi générateurs d’emplois. Il y va de même pour les différentes écoles primaires de la MRC.

Dans ce même secteur d’activités, le CLSC de Piedmont, de Saint-Sauveur et de Sainte-Adèle ainsi que le CHSLD de la même municipalité sont, aussi, d’importants employeurs.

Quant au secteur de la construction et de la transformation des matières, il crée 21 % de la capacité d’emplois. Nonobstant ce pourcentage, le domaine de la construction fournit tout de même 85 % des emplois de ce secteur.

Nombre et proportion de personnes vivant sous la mesure du faible revenu (MFR) selon le groupe d’âge. La proportion de personnes vivant seules est plus élevé chez les personnes dont l’âge se situe entre 18 à 64 ans. De plus, les personnes âgées de 65 ans ou plus constituent près du quart de la population de la MRC des PEH.

 

Population active: Toute personne disponible sur le marché du travail. Emploi: Toute personne qui détient un emploi ou qui travaille a son compte. Chômage: Personne faisant partie de la population active, mais qui n’a pas d’emploi. (Sources: CISSS des Laurentides et et Statistique Canada, recensement 2016

Le revenu, un rapport de cause à effet

Sur le territoire de la MRC, le taux de chômage avoisine celui de l’ensemble de la région des Laurentides, qui est de 6,9 % (statistiques de 2016). À Saint-Sauveur, 270 personnes (5,6 %) sont à la recherche d’un emploi, tandis qu’à Sainte-Anne-des-Lacs, la problématique est moindre, puisqu’il n’y a que 90 chômeurs, évoquant un pourcentage de 4,4 %. Piedmont présente un taux légèrement plus élevé avec 7,4 % (voir tableau Situation d’emploi).

Johanne Lavoie a allégué que « vivre seul » est évocateur d’un risque accru de la vulnérabilité économique et sociale. D’ailleurs, la MRC des Pays-d’en-Haut arbore la plus grande proportion de personnes vivant seules, dans la région, pour la catégorie des 15 à 64 ans, soit 20,8 % ce qui représente 7 580 personnes. Les aînés de 65 ans ou plus sont, quant à eux, au nombre de 3 040. Le tableau Sous la mesure du faible revenu en démontre bien la réalité.

De ce fait, le recensement de 2016 (Statistique Canada) a évalué à 6 440 le nombre de ménages, vivant sous la mesure du faible revenu (MFR) sur le territoire de la MRC. Il y est précisé que, pour une famille de trois personnes, le revenu après impôt est de 38 335 $ et il est de 22 133 $ pour un ménage d’une seule personne.

Connaître le revenu moyen après impôt devenait capital, pour comprendre les paramètres de comparaison. Ce revenu est de 37 200 $ sur le territoire de la MRC. La municipalité de Saint-Sauveur dépasse quelque peu cette moyenne en affichant un revenu de 38 198 $. Il en va de même pour Sainte-Anne-des-Lacs avec 39 383 $ et pour Piedmont qui affiche un revenu moyen de 42 779 $, ce qui le place en tête de liste.

« Les inégalités économiques sont réelles et ne doivent pas entraîner des différences qui engendreraient un déséquilibre important, » a corroboré Johanne Lavoie. Les élus doivent analyser toutes les données avec le plus grand pragmatisme afin d’élaborer des actions qui se voudront des plus efficaces.

Imprimer