L’ABVLacs au camp de jour

Un modèle de l’aquascope qui sera remis aux camps de jour de la région et qui permettra aux enfants d’explorer les fonds marins. Facile à utiliser, John Dalzell, président de l’ABVLACS, en fait la démonstration. – photo: Jeannie Kavannagh
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

L’environnement, un réal attrait pour les enfants

Jeannie Kavanagh et Jacinthe LalibertéL’ABVLACS (Agence des Bassins Versants de Sainte-Anne-des-Lacs), soucieuse d’intéresser le plus grand nombre de citoyens possible à l’environnement et aux problématiques qui en découlent, s’intéresse à une clientèle qui portera, un jour, les tenants et aboutissants de nos actions : nos enfants. Les amener à mieux connaître la nature pour, ainsi, mieux la protéger, voilà une avenue intéressante pour le futur.

Curieux par nature, les enfants aiment explorer ce qui les entoure, et ce dès leur plus jeune âge. Les envoyer jouer dehors leur permettra de découvrir un nouveau monde. L’ABVLACS veut profiter de cette spontanéité pour aiguiser leur curiosité et ainsi, développer, chez eux, un sens du respect de la nature.

En partenariat avec la Municipa-lité de Sainte-Anne-des-Lacs, la MRC des Pays-d’en-Haut et le CRE Laurentides (Comité régional environnemental des Laurentides), l’ABVLACS offrira, cet été, un volet éducatif aux enfants des différents camps de la municipalité : Magicoparc, Camp l’Avenir, Camp Olier et Lac Marois Country Club.

Une des tâches de l’agente de liaison sera de mettre en œuvre un programme éducatif environnemental qui amènera l’enfant à comprendre l’importance de s’impliquer dans la protection de l’environnement. Des activités concernant la flore aquatique seront inscrites au programme. Entre autres, des « aquascopes », fabriqués de façon artisanale, seront remis, dès l’ouverture des camps de jour ce qui permettra aux enfants de visionner les plantes aquatiques et les poissons.

Une fois initié à l’écologie, le but est d’amener les enfants à ne pas freiner leur élan face à l’environnement. Plus ils vivront des expériences enrichissantes, plus ce programme sera capable de les conduire vers une implication sociale et environnementale. Comme disait si bien Antoine de Saint-Exupéry (1943) dans Le Petit Prince : « On prend un meilleur soin de ce qu’on a apprivoisé. »

Venez rencontrer l’agente de liaison à la réunion annuelle générale de l’ABVLACS, le samedi 8 juin à 9 h au Centre communautaire.

Un extrait du texte de Jean Thuot, membre du conseil d’administration de l’AB-VLACS, sera utilisé comme élément déclencheur démontrant, ainsi, aux enfants que le vieillissement est une étape de vie que l’on peut associer autant aux lacs et plans d’eau qu’aux êtres humains.

Par un beau matin au lac

– Maman ?

– Oui, mon bonhomme.

– Est-ce que ça parle un lac ?

– Bien sûr. Moi, il me parle à chaque fois que je l’écoute… Sais-tu que le lac a peur, des fois ?

– Comme moi quand j’ai peur de la nuit ?

– Je crois qu’il a peur de vieillir trop vite à cause de nous. De nos façons de vivre et de toute l’eau sale que nous rejetons.

– Maman, moi je ne veux plus qu’on utilise de savon, j’aime trop ça me baigner dans le lac…

Imprimer