Festival Tournant

Assister à un lever du soleil au rythme des mouvements des danseuses Léal-Lavoie-Gauthier et Marie-Maude Michaud qui étaient en complète harmonie avec la nature du parc Irénée-Benoit, a été une expérience extraordinaire. – photo : Jacinthe Laliberté Le parc Irénée-Benoit a accueilli plusieurs spectacles de danse au lever du jour. – photo : Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

De la danse  à couper le souffle

 

Jacinthe Laliberté – Apprendre à distinguer les différents univers chorégraphiques dans une ambiance conviviale en assistant à des prestations exceptionnelles des artistes de la région des Laurentides et en participant à des ateliers, tel fut le programme de l’organisme Corps Chorus, instigateur du Festival Tournant, qui s’est déroulé du vendredi 30 août au dimanche 1er septembre à Sainte-Anne-des-Lacs.

Qu’est donc Corps Chorus ? Cet organisme de diffusion de danse est un centre de création. Il s’est donné comme mission de favoriser le déploiement de la danse contemporaine dans les Laurentides.

Caroline Dusseault, une des cofondatrices de l’organisme, organisatrice de l’événement et Anne-lacoise, a tenu à préciser que ce projet n’aurait pu prendre vie sans des partenaires de marque qui ont cru en eux tels que la Municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et les MRC d’Argenteuil et des Pays-d’en-Haut.

La troisième édition du Festival Tournant qui a offert, tout au cours de la fin de semaine, des ateliers pour les danseurs amateurs et professionnels donnés par Alan Lake, des soupers-spectacles ainsi que des soirées de danse.

Deux spectacles ont été la plaque tournante de ce Festival. Le premier, «La Soirée partagée, présenté le vendredi soir par Val Média, a propulsé les spectateurs dans le monde de la danse contemporaine grâce à la présentation de cinq pièces produites par des chorégraphes québécois. Le jeu des danseurs a permis aux spectateurs de pénétrer dans le processus de création de ces chorégraphes, un plaisir des plus partagés. Encore imprégné des derniers mouvements des danseurs, il fallait rapidement changer de décor pour les amateurs de musique et de danse Country qui prenaient déjà possession du plancher, chapeau à la main.

Le deuxième spectacle, Bear Dreams , fut présenté en deux temps. Un lever de rideau pour la relève , ainsi inscrit au programme, a propulsé la quinzaine de jeunes filles de Sainte-Anne-des-Lacs de la troupe Dansetout dans un enchevêtrement de pas, de lever et de cambré, un spectacle bien réglé pour ces débutantes. La chorégraphie, entraînante et exécutée avec justesse, des jeunes danseuses de la Troupe élite d’Expression Danse de Blainville, fut aussi très remarquée et appréciée.

Une dernière prestation, et non la moindre, dans laquelle Ian Ferrier, poète et musicien, accompagné d’un couple de danseurs, a fait le portrait de l’histoire des « hivernants ». Chacun à leur manière, l’un par le récit de poèmes sur fond de guitare, l’autre par une danse intimiste, ils ont su captiver l’assistance. Tous ont été chaudement applaudis. Puis ce fut le moment de détente avec une séance guidée de danse sur le rythme « swing » accompagnée de l’orchestre, une dernière pour les activités du samedi.

Pour clore cette fin de semaine, les participants ont été invités, le dimanche matin, à se rendre au parc Irénée-Benoit pour assister au spectacle Le Souffle de l’aube réalisé par la Compagnie Fleuve-Espace Danse. Une expérience matinale, en lien avec la nature, dans un environnement des plus évocateurs. Plus d’une quarantaine de personnes ont pu saisir toute l’intensité des mouvements des danseuses. Ce spectacle à couper le souffle ne pouvait être qu’une excellente conclusion à cette fin de semaine de danse.

Imprimer