Plan directeur de l’eau

Émilie Corbeil

Journaliste stagiaire chez Journal des citoyens

Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Abrinord repriorise les problématiques

Émilie Corbeil – Après avoir sondé quelque 210 usagers dans sa zone de gestion, Abrinord a récemment pu établir huit problématiques principales touchant l’eau du bassin versant de la Rivière-du-Nord. De ces problématiques, quatre sont ressorties comme étant hautement prioritaires lors d’ateliers de concertation ayant eu lieu en octobre dernier. Ces dernières problématiques seront désormais au cœur du plan directeur de l’eau, dont la révision est prévue pour 2021.

Prioriser pour mieux agir

Afin de pouvoir agir au mieux, le ministère de l’Environnement et de la Lutte aux Changements climatiques (MELCC) a invité les organismes de bassins versants du Québec à faire ressortir les principales problématiques sur leurs territoires respectifs. Abrinord s’est dernièrement prêté à l’exercice et profitera des informations recueillies pour réviser son plan directeur de l’eau. Ses interventions seront désormais mieux ciblées en fonction de quatre problématiques principales qui émanent d’exercices de consultation de la population et des acteurs principaux au sein du bassin versant.

Le plan directeur de l’eau

Ayant comme mission d’implanter la gestion intégrée des ressources en eau sur son territoire, Abrinord doit réaliser un Plan directeur de l’eau (PDE). Le PDE est un document qui rassemble un portrait du territoire et des ressources en eau, un diagnostic des principaux problèmes liés à l’eau, ainsi qu’un plan d’action concerté pour la protection et la valorisation des ressources en eau. Le plan d’action prévoit des actions qui ont pour objectif de mobiliser les acteurs et de favoriser une gestion de l’eau collaborative qui tienne compte de tout le bassin versant. Ainsi, l’organisme coordonne la concertation des acteurs de l’eau (municipalités, MRC, producteurs agricoles, ministères, citoyens, autochtones, entreprises et organismes communautaires) afin que le plan d’action reflète les préoccupations et la volonté d’agir de tous les acteurs.

Principales problématiques liées à l’eau

Si le bassin versant de la Rivière-du-Nord présente maintes problématiques, c’est la surconsommation de la ressource en eau, la destruction et la dégradation des milieux humides, la mauvaise qualité de l’eau de surface et l’érosion des berges qui ont été retenues comme prioritaires.

Mme Cynthia Gagnière, chargée de projets chez Abrinord, a expliqué au Journal pourquoi ce sont ces problématiques qui ont retenu l’attention.

Surconsommation de la ressource en eau

À ce sujet, c’est l’absence d’une procédure visant à quantifier la consommation d’eau qui a sonné l’alarme. Devant l’absence de données, il est impossible d’agir de manière ciblée et de sensibiliser les usagers. Abrinord veillera donc à soutenir les projets visant à mieux connaître l’utilisation de l’eau sur le territoire.

Destruction ou dégradation des milieux humides

L’état des milieux humides est peu connu sur le territoire. Un projet en collaboration avec Canards Illimités est mené depuis 2015 afin d’établir un « point 0 » de la superficie et de l’état général des milieux humides et de suivre leur évolution.

Mme Gagnière précise toutefois d’entrée de jeu que la population et les acteurs du milieu s’entendent sur le fait qu’il y a bel et bien disparition et dégradation de nos milieux humides. L’étalement et le développement urbains se poursuivant à un rythme effréné dans la région, il est clair que cela a un impact important sur les milieux humides, dont le rôle est pourtant capital pour la qualité de l’eau.

Mauvaise qualité de l’eau de surface

Sans surprise, la qualité de l’eau de surface demeurera une préoccupation de première importance dans les années à venir. Encore une fois, le développement urbain va bon train et les équipements dédiés à l’épuration des eaux usées ne suivent pas dans la région. Sans compter les nombreuses installations dont la conception ne permet pas de séparer les eaux pluviales des eaux usées domestiques. Ainsi, lors d’épisodes de pluie, des surverses d’eaux usées sont faites directement dans la rivière, y causant des problèmes de contamination proscrivant parfois toute forme d’usage récréatif.

Érosion des berges

Plusieurs membres du public sondés, ainsi que les principaux acteurs de l’eau se sont entendus pour admettre l’importance du problème de l’érosion des berges au sein du bassin versant. C’est toujours le développement urbain qui en serait la cause principale. D’abord parce que l’aménagement des terrains modifie parfois les berges et en favorise le décrochement, ensuite parce le déboisement et la construction de stationnements et de diverses structures bloquant l’infiltration locale des eaux de pluie en favorise le ruissellement, qui augmente à son tour l’érosion.

Abrinord poursuivra, au cours des prochaines années, son essentielle mission de planifier et de promouvoir la protection des ressources en eau à l’échelle du bassin versant.

Imprimer