Échos du Conseil de municipal de Sainte-Anne-des-Lacs

Jacinthe Laliberté – Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 10 février 2020.

Plusieurs dossiers d’importance ont été présentés lors de cette séance. Certains étaient des réponses aux questions du public de la séance de janvier et d’autres des sujets de l’heure.

Suivi des démarches pour le chemin Sainte-Anne-des-Lacs

La Municipalité attend toujours que le ministère des Transports réponde à la lettre envoyée en décembre quant à l’état lamentable de la route. Depuis, seul un accusé de réception fut émis à son attention.

De nouvelles stratégies, selon la mairesse, ont été élaborées dont une entrevue à la radio et des rencontres avec des journalistes. L’appel au 5-1-1, numéro de téléphone pour effectuer une plainte sur l’état du réseau routier ou pour signaler toute situation à risque serait, aussi, une action très efficace.

Pour accélérer la réparation de la chaussée, le Conseil a adopté une résolution permettant aux Travaux publics d’exécuter des travaux dans l’emprise des routes entretenues par le MTQ. Pour ce faire, l’obtention de « permissions de voirie » de la part du MTQ est obligatoire et sera accordée à la convenance de celui-ci. Or, si les travaux de rapiéçage sont effectués, il en coûtera 5 000 $ par jour de réparation à la Municipalité. Les sommes investies seront, heureusement, remboursées.

Réponses aux questions de la séance de janvier

Barrage au marais des castors – Lors de la séance du Conseil du mois de janvier, il avait été question de ce barrage situé près du lac Parent. Les informations supplémentaires suivantes serviront à mieux situer la problématique.

Ainsi donc, ce dossier est bien connu. Des personnes de ce secteur ajoutent graduellement des pierres à l’embouchure du ponceau. Ceci a pour effet d’augmenter le niveau d’eau du marais. Cette façon de faire est totalement illégale.

En réponse à M. Boyer, la mairesse a mentionné, en cette séance du Conseil, que des vérifications avaient été faites. Il faudra attendre au printemps pour investiguer davantage et vérifier s’il y a ou non présence d’un ouvrage qui affecte le cours normal de l’eau.

Barrage du lac Ouimet – L’ingénieur consultant a été rencontré par le Conseil le 23 janvier dernier. Compte tenu des nombreuses étapes qu’engendre ce dossier, les travaux pourraient, potentiellement, avoir lieu à l’été 2022. Un échéancier sera, éventuellement, établi.

Lors de la période de questions, M. Boisvert a réitéré la demande des citoyens du lac Ouimet d’avoir accès au rapport de l’ingénieur. Le Conseil, semble-t-il, préfère parler de « note technique » plutôt que de rapport. Pour l’instant, tout est hypothétique selon le directeur général, car il manque des éléments de travail importants pour les plans et devis.

Contrôle animalier – La Municipalité a fait le choix de ne pas signer d’entente avec quelque compagnie que ce soit. À ce jour, seule l’entreprise L’inspecteur Canin de Saint-Lin-Laurentides a été sollicitée, à quelques reprises, depuis 2015. La somme de 2 000 $ prévue au budget 2020 sera utilisée pour un projet visant le contrôle de la reproduction féline.

Certaines précisions ont été apportées en réponse aux questions de quelques résidents. L’entrée en vigueur du règlement sur l’encadrement des chiens est prévue pour le 15 mars. Dorénavant, tous les chiens devront avoir une licence ou un micropuçage selon le choix du Conseil, une façon d’éradiquer les chiens errants.

Projet bibliothèque – Une dérogation souhaitée par la Municipalité sera acheminée au ministère de la Culture et des Communications. Ainsi, la superficie passerait de 390 m2 tel qu’exigé par le ministère, à 333 m2. À cette dernière superficie serait associée une subvention de 400 000 $.

Publication et diffusion des avis publics – Dorénavant, les avis publics municipaux ne seront plus publiés dans les journaux. Ils seront, tout de même, affichés à l’hôtel de Ville, au Centre communautaire et sur le site internet.

Carte électorale municipale – Comme la Municipalité doit procéder à la division de son territoire en districts électoraux tous les quatre ans, celle-ci, après analyse, a convenu que la division actuelle en districts électoraux respecte la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. – Incidemment, elle a procédé à une demande de reconduction de sa division du territoire en six districts électoraux.

Un gain substantiel

La Municipalité a gagné un procès contre une compagnie d’épandage de pesticides. Le directeur général a tenu à mentionner que le jugement étant très explicite, il a donné, et ce sans équivoque, gain de cause à la Municipalité. Plusieurs villes environnantes se réfèrent déjà au service de l’Environnement pour obtenir des informations relatives à ce dossier.

Une convention collective signée

Les dirigeants de la Municipalité ont signé le renouvellement de la convention collective avec le Syndicat de ses employés en janvier dernier. Les salaires des employés syndiqués suivront l’indice des prix à la consommation (IPC). La convention collective sera en force pour les cinq prochaines années.

À cette entente de convention collective a suivi la mise à jour de la Politique relative aux conditions de travail générales des employés-cadres. L’augmentation des salaires de ces derniers a été harmonisée à celle des employés syndiqués. La Municipalité, selon la mairesse, a eu le souci d’offrir à ses employés des conditions générales d’emploi concurrentielles équitables et uniformes.

Environnement
(Rapport d’analyses)

Le conseiller Harvey demande que les rapports 2019 des analyses inorganiques et bactériologiques des eaux de surface soient mis sur le site de la Municipalité.

Période de questions

Mme Kavanagh, vice-présidente de l’ABVLACS, a questionné le Conseil sur le projet pilote de la station de lavage pour le nettoyage des embarcations entrantes et sortantes de la Municipalité, une action pour protéger les lacs contre l’envahissement de toutes plantes exotiques.  

Le conseiller Harvey lui a confirmé qu’une somme avait été prévue au budget 2020. Dans les mois à venir, selon lui, pour définir l’ampleur de ce projet, un travail de collaboration aura lieu avec l’ABVLACS.

Imprimer