Bénévolat vert contre l’invasion

Plante envahissante, la multiplication de l’alliaire officinale est exponentielle. – Photo : Denis Paquette

Alliaire officinale : plante exotique à éradiquer

Louise Guertin – Samedi 6 juin, sous la direction de M. Denis Paquette, botaniste attitré du Comité régional de protection des Falaises (CRPF), un groupe de dix bénévoles s’affairait à arracher l’alliaire officinale dans la Réserve Alfred Kelly. Cette plante menace la biodiversité, la santé de la forêt. Cette bisannuelle se multiple très rapidement et l’arrachage est une bonne méthode d’éradication.

Monsieur Paquette a obtenu l’accord de Conservation de la nature Canada (CNC) après leur avoir démontré l’urgence d’éliminer cette plante envahissante. M. Paquette a fait une première corvée en 2018 avec l’aide d’un passant intéressé, François Bérubé. En quelques heures, ils ont ramassé 10 sacs verts. « Les sacs étaient tellement pleins et lourds que j’ai demandé à deux jeunes qui travaillaient pour la CNC de m’aider à les sortir », explique le botaniste passionné.

En 2019, à l’aide de quelques passants et deux bénévoles de CNC pour l’épauler, ils ont arraché 18 sacs bien remplis. M. Paquette a poursuivi son bénévolat en parcourant la piste cyclable, arrachant l’alliaire sur 3 kilomètres de chaque côté. Il croit que les plants qui ont migré vers la Réserve pourraient provenir de cet endroit.

M. Paquette a confié au Journal qu’un collègue fait un travail similaire cette année sur un terrain de la CNC à Saint-Armand. En Ontario, on fait la chasse à cette envahissante depuis plusieurs années. 

Le botaniste a constaté que la quantité d’alliaires avait nettement régressé en 2020. Les dix personnes qui ont répondu à son appel ont « sorti » 7 sacs verts bien remplis (c’est important de ne pas jeter la plante dans le compost). Il considère qu’il lui reste encore l’équivalent de deux sacs à remplir pour compléter sa cueillette. « On a passé le terrain au peigne fin et je crois bien que nous sommes en bonne voie de gagner sur cette invasion. Le reste de la Réserve semble épargnée. » 

Le botaniste indique qu’il lui manque une patrouille de bénévoles pour l’aider à surveiller les plantes exotiques envahissantes.

« Cette année, CNC n’a pu me fournir de bénévoles. Il est très important d’éradiquer l’alliaire au tout début, car la multiplication est exponentielle. »   Marcher en forêt (en respectant les règles de distanciation) avec ce féru de la flore, c’est passionnant. On apprend beaucoup.

Journal des citoyens - Alliaire officinale citoyens
À droite, c’est Denis Paquette, le botaniste du CRPF expliquant aux bénévoles le travail à faire. – Photo : Doris Hall
Imprimer