Mike Loken honoré

Mike LokenMike Loken présente la réalisation de Hélène DeSerres - Photo : Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté
Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Un seigneur de la nature

Jacinthe Laliberté – Au mois d’août dernier, Philippe Faucher, fondateur du collectif Les artistes des Lacs, annonça un projet qui comportait un caractère plus que particulier « un hommage aux aînés de la Municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs ».

Ce projet permit à Hélène DeSerres, artiste pluridisciplinaire, photographe, aquarelliste, peintre, sculpteure, créatrice de bijoux et détentrice de plusieurs prix, de rencontrer M. Mike Loken lui aussi auteur d’une œuvre que plusieurs se sont donné comme mandat de perpétuer : le sentier Loken du même nom que son auteur, intégrée au réseau de sentiers des Laurentides entre Sainte-Anne-des-Lacs et Saint-Sauveur.

Ce seigneur de la nature a commencé à développer ce sentier de ski nordique, à la fin des années 50, quand il s’est fixé à Sainte-Anne-des-Lacs. Du reste, il l’a entretenu jusqu’à tout récemment.

Un agréable moment 

Par un bel après-midi où la neige s’est invitée à une marche tributaire de la pandémie, cet illustre fondeur de 96 ans bien sonnés, norvégien d’origine, bien ancré grâce à ses deux bâtons de ski de fond, m’a fait part de ses impressions sur la peinture que l’artiste peintre Hélène DeSerres a créée à partir d’éléments simples de photos prises par cette dernière chez lui. 

Au cours de cette promenade, deux arrêts importants pour M. Loken : la maison de madame DeSerres située non loin de sa demeure et la piste Loken qui se trouve sur le trajet qu’il marche tous les jours, et ce, indépendamment de la température. 

Fier de sa piste comme tout artiste l’est de son œuvre, le regard plongé sur celle-ci, M. Loken fut en extase pendant un certain moment. Impossible de lui parler, il revivait assurément certains moments de sa vie de fondeur.

Quand deux artistes se rencontrent

Elle va à pied chez lui. Il fait sa marche tous les jours devant sa maison. Elle n’est pas portraitiste, mais elle aime les défis. Toute sa vie, il a défié les intempéries et les dangers de la forêt. Elle a produit le portrait de Mike Loken à sa manière. Il a tracé, à sa façon, le sentier Loken. Elle a trouvé amusant d’immortaliser ce personnage. Il a trouvé rigolo de se voir sur une toile.

Un défi pour l’artiste…

« C’était tout un défi pour moi, car je fais des visages inventés. Ce projet m’a complètement sortie de ma zone de confort. Je me force à être créative tout en étant respectueuse du sujet ».   Femme d’images, la photographie fait partie d’elle. Dans son atelier, Hélène DeSerres transpose ses images pour recréer des univers surréalistes et mystérieux. Une réussite totale dans ce projet de peindre un tableau pour immortaliser Mike Loken.

La toile représente bien cet homme qui vit encore dans la forêt près d’un lac. « Le fond de sapinage abstrait vert était un incontournable. Par la suite, je me suis amusée à le vêtir d’un parka rouge, de mitaines et des incontournables bâtons de ski : ils sont l’essence même de cet homme. »

… Et un bien précieux pour Monsieur Loken

Quand le projet lui a été présenté à l’automne dernier, M. Loken a accepté sans hésitation, ravi d’être au centre d’un tel hommage. Ce dernier a trouvé cette aventure drôle et intéressante. 

Se retrouver sur un fond de forêt, sa forêt; être représenté en skieur émérite, un honneur qui lui revient; seule, une chevelure blanche un peu trop longue, vestige de la pandémie, semble un élément qu’il a moins apprécié. Malheureusement, comme la pandémie interdisait toute forme d’évènement, Hélène est allée remettre le tableau en mains propres à Mike Loken qui semble-t-il l’aurait mis avec tous ses autres trophées. Un plaisir qu’il savoure à chaque fois qu’il croise cette peinture, digne de ce grand homme.


Imprimer