Piedmont mise en demeure

mise en demeure piedmont - journal des citoyensLa zone en jaune (versant nord du Mont Belvédère) est l’espace où serait prévu la construction de 10 maisons de prestige. Le projet de règlement ne permettra plus d’y construire 10 maisons
Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Un projet de règlement restreignant la construction est contesté

Émilie Corbeil – Le 22 août dernier, Louise Guertin, collaboratrice au Journal, écrivait qu’une citoyenne, madame Louise Bellefeuille, aurait eu accès à l’ébauche d’un projet prévoyant la construction de 10 maisons de prestige sur le versant nord du Mont Belvédère.

En octobre, la Municipalité de Piedmont déposait un avis de motion concernant le projet de règlement 757-65-20 – Règlement visant principalement à interdire la construction de projets intégrés dans cette zone, nommée R-1-227. Or, le projet de règlement ne fait pas seulement état d’une interdiction d’y construire des projets intégrés, mais également d’une augmentation importante de la superficie minimale d’un terrain permettant la construction, qui passerait de 2000 m2 à 5000 m2. Ainsi, il ne serait plus possible d’y construire 10 maisons.

Lors de la séance du 1er février dernier, le Conseil a refusé de répondre aux questions des citoyens concernant le projet de règlement, annonçant du même coup que son mutisme était dû à la réception d’une mise en demeure relativement au projet de règlement.

Parallèlement, quelque 47 citoyens, appréciant le travail fait par le Conseil qui a procédé par règlement, ont signé une lettre mentionnant l’importance de réduire au maximum les impacts néfastes qu’aura le développement immobilier sur ce secteur encore boisé.

Notons par ailleurs que la lettre fait mention d’une importante inquiétude par rapport aux superficies à être déboisées. En effet, on y mentionne que des opérations de déboisement excessives, visant à faciliter les opérations de construction, auraient eu lieu dans d’autres secteurs. Ces déboisements, dépassant les limites des permis émis par la Municipalité, sont assujettis, rappelons-le, à des amendes maximales peu dissuasives. Précisons que ces amendes sont prévues à la Loi provinciale sur l’aménagement et l’urbanisme et ne sont pas le fait de la règlementation municipale.

Le 18 février prochain, une assemblée extraordinaire est prévue en vue de l’adoption du règlement en litige. Madame Rochon, en entrevue au Journal, a spécifié que le dossier étant en cours d’évaluation juridique, le Conseil allait devoir prendre ses décisions avec considération. L’issue du projet de règlement demeure donc incertaine.

Imprimer