Élections à la préfecture

Élection préfecture, journal des citoyensAndré Genest, Martin Nadon et Marie-Ève Ouellet
Salle de Nouvelles
Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Vers des élections à la MRC des Pays-d’en-Haut

Noa Garcia-Ahmad noaga@journaldescitoyens.ca  Le 7 novembre 2021, les citoyens devront se présenter aux urnes pour élire le préfet qui prendra la tête du Conseil de la MRC, qui est composé des maires des 10 municipalités constituant la MRC. À l’approche des élections, le Journal vous présente les trois candidats à la préfecture ainsi que quelques enjeux de cette campagne.

La MRC des Pays-d’en-Haut fait partie des 16 MRC au Québec dont les préfets sont élus par suffrage universel. La durée des mandats est de quatre ans pour les préfets élus au suffrage universel alors qu’il est de deux ans pour ceux désignés par leurs pairs. Durant leur mandat, les fonctions du préfet sont diverses : il peut rassembler, mobiliser et favoriser la concertation entre les Municipalités et aider à coordonner, sur le plan régional, l’identification des enjeux prioritaires; réaliser des actions communes; permettre aux citoyens d’exprimer leurs besoins de nature supra locale; faire de la MRC une institution véritablement décentralisée, avec pouvoir et contrôle sur son développement.

Croissance démographique et problématiques liées au logement au cœur des débats 

D’une part, il est évident que les problèmes liés à la croissance démographique importante dans la région ainsi que la crise du logement qui fait rage dans plusieurs municipalités seront au cœur des enjeux. Dans son bulletin sociodémographique publié en janvier 2021, l’Institut de la statistique du Québec révélait que les Laurentides présentaient pour une neuvième année consécutive le taux le plus élevé de migration interrégionale avec un gain équivalent à 1,47 % de sa population. C’est par ailleurs la MRC des Pays-d’en-Haut qui a affiché le taux net le plus élevé parmi les MRC du Québec, avec une augmentation de 3,6 %, soit environ 1600 personnes de plus sur le territoire. Cette forte croissance de la population a des effets directs sur la crise du logement qui sévit actuellement dans la MRC : accélération de l’inflation des coûts du logement, de plus en plus d’obstacles pour l’accès à la propriété, surenchère, etc. Cet accès difficile au logement engendre une grande précarité, déjà fortement accru par la pandémie.

Ensuite, toujours dans le même ordre d’idée, dans les villes de Saint-Sauveur et de Sainte-Adèle, c’est plus du quart de la population qui vit dans des conditions matérielles défavorables alors qu’un pourcentage toujours plus important de citoyens dépense plus de 30 % de leurs revenus sur le logement. Dans la MRC, c’est 45,7 % des ménages locataires et 18,4 % des ménages propriétaires qui consacrent 30 % ou plus de leurs revenus sur les frais de logement. La MRC a également été classée au 97e rang sur 98 au Québec selon l’Indice du logement locatif canadien, qui juge que la santé locative dans la région est plus que critique. 

Aussi, il faut savoir qu’une croissance démographique s’accompagne généralement d’un développement important, notamment pour offrir davantage de services à tous les citoyens. On pourrait donc s’attendre à ce que le développement soit au cœur des agendas de certains candidats. Par ailleurs, la forte présence de résidences secondaires (30,4 % des résidences, selon une estimation du CISSS des Laurentides en 2019), pourrait faire pencher la balance dans ce débat, alors qu’il n’est pas rare que les populations de résidents n’aient pas la même vision du développement de la communauté que les populations de villégiateurs. 

Quelques mots sur les candidats 

André Genest est le préfet actuel de la MRC des Pays-d’en-Haut et se présente afin de tenter d’obtenir un second mandat à la tête du Conseil de la MRC. Depuis 1992, avant d’être élu à la préfecture, M. Genest a été maire de Wentworth-Nord pendant six mandats depuis 1992. Il a également occupé le poste de préfet suppléant (autrefois appelé préfet adjoint) à la MRC des Pays-d’en-Haut pendant 15 ans, de 2001 à 2016, en plus d’avoir assuré le rôle de préfet en titre par intérim à partir de mai 2016 jusqu’à son élection, alors que l’ancien préfet, M. Charles Garnier, a dû se retirer en raison de problème de santé. Avant de se lancer dans la vie politique, M. Genest a également œuvré pendant près de 30 ans dans le milieu de l’éducation spécialisée.

Durant son mandat à la préfecture de la MRC, M. Genest a notamment participé à l’élaboration d’un Plan de gestion des matières résiduelles avec les MRC des Laurentides et d’Antoine-Labelle et à l’aménagement du trajet Vélocité (interconnexion entre le parc linéaire le Petit Train du Nord et le Corridor aérobique, dont la toute nouvelle passerelle de Morin-Heights). Son plus grand projet, sous toute réserve, demeure la construction d’un complexe sportif à Sainte-Adèle ainsi que d’un terrain de soccer synthétique adjacent à ce dernier. 

Martin Nadon – Après une défaite aux élections à la préfecture de la MRC des Pays-d’en-Haut en 2017 contre M. Genest, M. Nadon a annoncé le 22 juin dernier, par un communiqué, sa volonté de se représenter pour les élections de 2021. Fort de son expérience en politique municipale (il a notamment siégé à titre de coordonnateur à la Table des préfets de la région des Laurentides en plus d’occuper le poste de directeur général dans plusieurs Municipalités telles que

Bois-des-Filion et Bellefeuille), monsieur Nadon occupe désormais depuis une quinzaine d’années des postes de direction aux Nations Unies dans les domaines du développement démocratique et du maintien de la paix.

Bien que son plan d’action pour les prochaines années n’ait pas encore été révélé, monsieur Nadon a affirmé, via son communiqué de presse, qu’il se disait « bien conscient des différents défis auxquels devra faire face la MRC des Pays-d’en-Haut au cours des prochaines années, mais particulièrement celui de bien faire conjuguer la fulgurante croissance démographique actuelle et la protection des milieux naturels. »

Marie-Ève Ouellet – Détentrice d’un baccalauréat (licence) – Honours Bachelor of Arts with distinction – de l’Université de Toronto, en développement international et en espagnol, madame Ouellet travaille depuis une vingtaine d’années dans le domaine des communications et du développement, principalement dans les MRC des Pays-d’en-Haut, des Lauren-tides, de la Rivière-du-Nord et de Lanaudière. Durant ses nombreuses années à travailler dans l’univers des communications, madame Ouellet a travaillé sur une multitude de mandats concernant notamment les affaires municipales, la protection de l’environnement et des cours d’eau, l’aménagement du territoire et bien plus. Marie-Ève Ouellet a également dirigé les communications de candidats politiques aux municipales, notamment à Sainte-Adèle, ainsi que d’un député au provincial, monsieur Claude Cousineau, député de Bertrand et vice-président de l’Assemblée nationale du Québec en 2012. 

Dans un communiqué de presse pour le lancement de sa campagne, elle a déjà fait part de certaines de ses idées : « Je propose d’insuffler un vent de fraîcheur à la MRC. Je propose de démocratiser d’un cran la gouvernance. Je veux amener un leadership transparent, rassembleur des forces vives, allumé sur les enjeux et les innovations; je vous propose une préfète qui communique et qui est en lien direct avec la population. »

Imprimer