Politique environnementale à Piedmont

Politique environnement piedmont - Journal des citoyensCe beau ruisseau, qui coule au sein de la réserve Alfred-Kelly, sera protégé à perpétuité vu le statut du territoire. – Photo  courtoisie Municipalité de Piedmont

Des fleurs pour nourrir les abeilles et les papillons

Émilie Corbeil emilie.corbeil@journaldescitoyens – En septembre 2021, la Municipalité de Piedmont publiait sa nouvelle politique environnementale. La version papier, particulièrement soignée, a été assortie d’un cadeau à planter – Des fleurs pour nourrir les abeilles et les papillons. Le graphisme a par ailleurs été réalisé par une firme locale. Un plan d’action présentant les objectifs de manière plus spécifique est également adjoint à la politique. Le Journal s’est entretenu avec la mairesse, Nathalie Rochon, afin préciser certains éléments de la politique.

Le développement immobilier absent

D’entrée de jeu, on remarque que la politique environnementale ne fait aucune mention du développement immobilier galopant dans la région. Ce dernier est pourtant très probablement le principal élément à même de poser une menace directe à notre environnement. À ce sujet, madame Rochon mentionne qu’il aurait peut-être été sage d’en traiter à même la politique environnementale. Elle assure toutefois que l’environnement sera au cœur du plan d’urbanisme à venir, ce dernier étant en révision complète. 

L’eau

Si la politique annonce une surabondance de manganèse dans l’eau de l’aqueduc municipal, madame Rochon a précisé au Journal que le puits fautif n’est plus utilisé. Piedmont puise son eau dans deux autres puits qui ne présentent pas une concentration trop élevée en manganèse. Toutefois, vu l’augmentation de la population, il est possible que les besoins justifient de retourner puiser dans le puits fautif. C’est la raison pour laquelle la politique environnementale prévoit que des solutions seront activement recherchées afin de rendre l’eau conforme aux normes de Santé Canada. 

Par ailleurs, des investissements de quelque 3 000 000 $ ont été prévus pour la période 2019-2022 à la Régie d’assainissement des eaux afin de pérenniser les équipements et d’améliorer le rendement environnemental des infrastructures d’épuration. Considérant que la rivière du Nord est souvent impraticable en raison de la qualité de son eau et que de plus en plus de citoyens manifestent leur intérêt d’y accéder, il s’agira sans doute d’un dossier important dans les prochaines années.

Une préoccupation majeure à ce sujet est de détourner les eaux de pluie, afin qu’elles n’atteignent pas la rivière. Le principal enjeu à ce niveau, selon madame Rochon, est que les gouttières de plusieurs propriétés sont branchées directement à l’égout. Il sera donc important d’y voir afin de réduire la pression sur les installations d’épuration lors de la fonte des neiges ou de fortes pluies.

L’air

L’objectif de la Municipalité est de réduire de 5 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025. Soulignant que l’objectif paraît peu ambitieux, madame Rochon a précisé que le tout fait référence à l’augmentation de la population et au développement immobilier qui a cours. En effet, les nouveaux développements résidentiels, comme le Havre des falaises, nécessiteront de procéder à l’entretien des chemins, augmentant de manière significative la production de GES à Piedmont. L’objectif de réduction tient donc compte du développement anticipé de la municipalité.

On propose également d’augmenter la mobilité active en la facilitant par le développement de pistes cyclables. L’ensemble de l’éclairage municipal passera au DEL.

Nuisances

À Piedmont, les citoyens doivent s’attendre à certaines modifications règlementaires au sujet des nuisances sonores et lumineuses d’ici 2025. 

Par ailleurs, trois espèces de nuisibles envahissantes retiennent l’attention : la berce du Caucase, la renouée du Japon et l’agrile du frêne. Les citoyens seront invités à reconnaître ces espèces afin de participer activement à leur contrôle sur le territoire. 

Matières résiduelles

On souhaite, d’ici 2025, réduire de 5 % la quantité de matière destinée à l’enfouissement. À ce sujet, les gens doivent changer leurs habitudes de consommation. La Municipalité, de son côté, en est à peaufiner un programme de subventions destiné à l’acquisition de produits zéro déchet. 

Par ailleurs, la Municipalité souhaite innover dans la revalorisation et le réemploi des encombrants et réfléchit à une cueillette alternative. 

Sol

Au sujet du sol, la Municipalité a choisi de prioriser les épandages chimiques divers.  C’est donc l’application de pesticides qui occupe les affaires municipales, le but étant de faire respecter la nouvelle règlementation sur l’usage des pesticides à des fins esthétiques et de faire connaître les alternatives possibles aux citoyens par l’éducation et la sensibilisation.

print